Compte rendu du conseil de quartier du centre d’Orsay du 1er octobre 2010.

Le conseil de quartier s’est tenu à l’auditorium Tati, de 20h30 à 23h30 environ.

Était présent une trentaine d’orséens ainsi que 5 personnes de la municipalité : l’élu référent, deux personnes de la communication, un cadre en charge des questions de circulation (assure la liaison avec la CAPS), M. Eymard, en charge des questions d’urbanisme. M. Ros a rejoint ce groupe vers 21h30.

Pour plus de facilité, voici un plan sommaire du centre d’Orsay (orienté nord) sur lequel sont placés des puces numérotées rappelant les points évoqués dans la suite de ce compte-rendu.

Plan sommaire d’Orsay centre

Carte des points évoqués

L’ordre du jour débute par les actions en cours :

  • Chemin Chevotet (bois entre la N118 et la résidence pour personnes agées) : mise en oeuvre d’un revêtement compacté (coût : 16,9 k€).
  • Rue de Chartres : marquage au sol (coût : 18,8 k€)
  • Poste : mise en place d’un panneau « enlèvement » sur la voie d’accès au parking de la poste.
  • Parking des muses (Montdétour) : marquage au sol de 5 places de parking.

Etudes en cours :

  • Sécurisation du passage piéton sur les Hucheries :La pose d’un feu tricolore couterait 41 k€ et a été rejetée.Le choix s’est porté sur la pose de coussins berlinois.Des remarques dans la salle font remarquer que cette demande de pose date de septembre 2009 et que rien ne bouge sur ce passage piéton depuis deux ans.
    D’autres interventions demandent où en sont les autres options et comment cela s’insère dans un cadre plus général sur la rue de Chartres.
    Plusieurs remarques mentionnent que les coussins berlinois ne ralentissent pas les bus dont la vitesse semble élevée.
  • Etude sur l’adoption de mesures de ralentissement rue de Paris, vers Villebon.Les feux « intelligents » actuellement en place, semblent parfois défaillants (se déclencheraient même à l’approche de vélos).
  • Spontanément, de nombreuses voix s’élèvent pour évoquer des difficultés de circulation des piétons sur les trottoirs entre le centre et la gare Orsay-Ville.La largeur des trottoirs, leur encombrement par des bacs à fleurs, des poubelles et autres obstacles, sont évoqués comme des entravent et un risque à la bonne circulation des piétons.La municipalité indique qu’elle va être attentive à cet état de fait.

Informations municipales :

  • Le passage du chemin de fer (entre la place de la République et le bd Dubreuil / gare) a été réparé. Coût : 75 k€.
  • Av. du maréchal Joffre : pose de coussins berlinois + séparateurs + panneaux + lignes blanches (coût : 8,9 k€)Plusieurs remarques dans l’assistance, indiquent l’inefficacité de ces mécanismes : les bus ignorent mais cela énerve les automobilistes.La municipalité envisage la pose de radars pédagogiques (i.e qui indiquent à l’automobiliste sa vitesse). Le coût approximatif en serait d’environ 5 k€ par radar.
    Vives réactions dans l’assemblée devant ces coûts.

    Plusieurs voix évoquent de nouveau la vitesse élevée des bus.

  • Le gymnase Eyquem a subi 3 inondations successives. De lourds travaux de réparation et d’assainissement ont été nécessaires. Coût : 176,6 k€.
  • Aménagement de la gare d’Orsay : comme beaucoup de gares de la ligne B, la gare d’Orsay va être adaptée. La gare historique va être désaffectée et une barrière de portillons va être installée.La RATP a cependant accepté que le passage souterrain (entre la gare routière et la fac) reste librement accessible aux heures d’ouverture de la gare.Le bureau Arep-Ville est chargé du projet d’aménagement de la gare routière « place de la gare ».
  • Fêtes de Noël : « Orsay sous les sapins » se tiendra du 10 au 26/12. Le samedi 18/12, une fête animée se tiendra dans le parc Eastcambridge (coût de l’animation : 3 à 3,3 k€).Comme chaque année, animations et train de Noël.Coût total d’Orsay sous les sapins : 45 k€, pris en charge par les commerçant, plus 17 k€ qui restent à financer.

Plan local d’urbanisme (PLU)

M. Ros étant arrivé depuis quelques minutes, le sujet phare de la soirée est abordé : le PLU. Comme attendu, ce sujet monopolisera le reste de la soirée.

Le maire rappelle les principales dates du projet :

Le 16/7/2010 : avis favorable du commissaire enquêteur sur le projet de PLU.

  • 1 réserve : le terrain de l’ancienne station Shell (sous le viaduc)
  • 8 recommandations

Le 6/11/2010 : vote du PLU en Conseil municipal. Le PLU sera alors applicable 3 mois après.

Concernant le terrain de l’ancienne station Shell, la municipalité indique que le terrain est « pollué en profondeur » et est de ce fait inconstructible. Il sera cependant utilisé comme bassin de retenu en cas de fortes pluies. Une poche d’étanchéité sera mise en place afin d’éviter les écoulements et pollutions subséquentes.

Centre ville

De nombreuses remarques sont faites sur le coeur d’Orsay.

  • Acquisition, rue de Paris, de la maison des Auclair (vétérinaire) par l’EPFIF (Etablissement public foncier d’Ile de France) en portage foncier : acquiert le bien au nom de la commune, jusqu’à échéance de la convention (la commune est tenue de rendre le bien à échéance, de le céder ou de faire proroger la convention).Plusieurs personnes font remarquer que cette acquisition a été faite à des conditions très défavorables aux vendeurs.
  • Les acquisitions se poursuivront sur le centre, selon les opportunités.
  • La maison Weinbaum serait en cours d’acquisition (négociation avec les héritiers).
  • La Poste reste un point dur. M. Ros indique que les travaux qui viennent de débuter, auront un retour sur investissement de 2 ou 3 ans et ne devraient donc pas compromettre les dispositions de la Poste de céder son terrain.
  • Le cas du Crédit du Nord n’est pas évoqué.
  • Le projet du centre n’est pas achevé : évocation d’une place publique, d’un grand parking, études avec des urbanistes et paysagistes.

L’opération devrait permettre la création d’au moins 100 logements (« c’est l’équilibre financier »), dont 30 à 50% de logements sociaux, financés par le prix de vente des autres logements.

La validation finale du projet est attendue pour 2014 et démarrera ensuite pour une durée minimale de 18 mois.

Plusieurs questions sont posées :

  • Où serait la Poste : au RDC de l’ensemble ou sur le terrain Vigouroux. Idem pour le commissariat.
  • Attention au sous-sol : présence abondante d’eau et de bloc de gré.
  • Procédure d’acquisition par l’EPFIF : cela représente une décote de 20% par rapport au prix du marché. M. Ros estime que cela est « normal » et que « l’intérêt personnel doit s’effacer devant l’intérêt commun ». De nombreuses voix s’élèvent contre cette logique inégalitaire.
  • Certains bâtiments rachetés pourraient être conservés.
  • Une personne indique que la maison des Auclair (ancien vétérinaire) est inhabitée et commence à se dégrader. La municipalité indique que le chef de la police municipale va y loger et que la police municipale y sera transférée.

Terrain Fréquelin (rue Scocard)

Ce terrain (situé à proximité du viaduc) vient d’être racheté par l’EPFIF.

Une partie est composé de bois classés (dits EBC) et est donc inconstructible.

Par contre, l’autre partie l’est et une dizaine de promoteurs se serait déjà fait connaître. Ceci permettrait de construire environ 80 logements en R+2+combles (4 niveaux), du coté route, et en R+3 ou 4+combles (5 ou 6 niveaux), en contrebas.

La plus-value réalisée sur cette opération permettrait de financer une partie de l’opération du centre d’Orsay.

De nombreuses personnes, au cours de la soirée, ont évoqué le problème de la circulation routière et de l’impact des évolutions prévues (PLU en tête) sur les infrastructures existantes. M. Ros a indiqué qu’il n’était prévu aucune évolution des capacités de circulation et que la solution résidait essentiellement dans l’utilisation par tous des transports en commun.

Points divers

La soirée s’est terminée par une série de questions diverses :

  • L’installation de toilettes publiques est possible mais ne serait pas gratuites afin de limiter le vandalisme.
  • L’opération immobilière qui vient de démarrer place de la République, concerne la construction de 23 à 29 logements. Les surfaces moyennes sont de 55 m², pour un prix moyen de 5500 €/m².
  • Cinéma salle Tati : les mardi du développement durable a été très intéressant. Il est demandé si les ouvrages correspondants peuvent être acquis par la bibliothèque. La mairie prend en compte la demande.
  • Les horaires de la bibliothèque ne sont pas pratiques. Des participants demandent si des nocturnes sont possibles. La mairie transmet les différentes demandes à la CAPS.
  • Dernier sujet : les conditions de voyage sur le RER B. Le sujet amène différents avis et polémiques politiques. Aucune conclusion ni plan d’action.
, , ,
Trackback

no comment untill now

Add your comment now