(Le PLU est le Plan Local d’Urbanisme. Il régit l’urbanisme sur la commune et remplace l’ancien POS – Plan d’Occupation des Sols)

Récemment l’ASEOR s’est portée partie civile contre la destruction d’une partie de la zone boisée classée du bois des Rames qui avait été détériorée pour permettre l’installation de caravanes.

Ce secteur est à nouveau menacé – au 22 chemin du bois des Rames – par l’autorisation  accordée par la Mairie de lotir en deux parcelles constructibles AE 0548 de 309 m² et AE 0550 de 381 m² sur un terrain de 690m².
Une fois de plus, le PLU permet de densifier sans limite : il n’impose pas de surface minimale pour construire (elle était de 500m² avec le POS).

Les futures constructions non seulement vont détériorer le site mais présenteront des dangers pour les constructions riveraines, dus en grande partie à la forte pente du terrain soumis à de nombreux ruissellements venant du plateau.

Suite aux réactions et inquiétudes des riverains directs, la Municipalité a répondu que : « le droit de diviser le terrain n’entraine pas le droit à construire »…
A l’ASEOR, nous sommes très dubitatifs ! La Municipalité va être informée que nous nous intéressons dès à présent à cette opération.

N.B.: Nous vous demandons de nous informer des opérations similaires ou des permis de construire semblables dans votre voisinage et dont vous avez connaissance. Nous interviendrons.

Trackback

5 comments untill now

  1. CHARLIN Hervé @ 2012-02-14 20:39

    « le droit de diviser le terrain n’entraine pas le droit à construire » c’est du grand art, le maire joue de la litote, pourquoi diviser pour ne rien faire…

  2. Jean-Claude REGAUD @ 2012-03-15 19:22

    Bonjour,

    Je lis avec attention votre blog et partage avec vous le soucis d’un développement maitrisé de notre commune que nous aimons tant.

    Néanmoins, il convient tout de même d’éviter de tomber dans la caricature qui dessert votre argumentaire : Depuis 2001, il n’est plus possible de réglementer la taille minimale pour rendre constructible un terrain.

    Mesdames, Messieurs, attention, à ne pas politiser votre combat. Des erreurs (mensonges) telles que celle-ci ne sont pas acceptables dans le débat démocratique.

    Bien cordialement,
    Jean-Claude REGAUD – Orsay

  3. Je pense que nous sommes tous soucieux du devenir de notre petite ville.

    Je voudrais cependant réagir au commentaire laissé par M. Regaud.

    Sur la forme, d’abord, il me semble que jusqu’en 2008, le POS s’appliquait et limitait, entre autres, la surface minimale constructible à 500m². J’aimerais que M. Regaud précise d’où il tient l’information contraire.

    Sur le fond, ensuite, il n’y a qu’à voir la floraison de projets immobiliers depuis 2 ans et l’engouement des promoteurs, pour constater la permissivité du PLU.
    Pas de volonté de densifier, dites-vous ? Alors, quoi ? Les promoteurs pouvaient lancer leurs projets à l’époque du POS mais, sournois qu’ils sont, ils auraient attendu le vote du PLU pour se déclarer ?

    Plus sérieusement et pour avoir analyser à plusieurs reprises le PLU d’Orsay, je reste sidéré qu’on puisse émettre l’idée qu’il n’y a pas volonté de fortement densifier notre ville alors que les textes et les faits disent et montrent le contraire.

  4. [...] l’article Un exemple du PLU permettant de densifier, le commentaire suivant a été déposé [...]

  5. gbridenne @ 2012-04-16 23:08

    Réponse de l’ASEOR à l’adresse suivante : http://www.aseor.org/2012/04/on-ecrit-a-laseor/

Add your comment now