L’ASEOR vous diffuse les réponses reçues à ce jour à son questionnaire pour les élections départementales.

Nous sont parvenues les réponses de :

- Ludivine Delanoue et Eric Houet (DLF)

- David Ros (PS) et Anne Launay (EELV)

- Marie-Christine Graveleau (UMP) et Francisque Vigouroux ( UDI)

Nous remercions les candidats qui ont accepté de répondre à nos questions en suivant le cadre demandé, et nous regrettons que le Front de Gauche et le Front Nationnal n’aient pas répondu.

Sans doute les problèmes d’environnement et de cadre de vie sur le canton ne sont pas leur priorité.

Qu’en pensez vous? A vous de juger.

L’ASEOR, comme à chaque élection, interroge les candidats pour connaitre leur engagement à défendre l’environnement de notre ville.

Vous trouverez ici le questionnaire adressé aux candidats aux élections départementales.

Nous vous communiquerons leurs réponses dès que nous les aurons reçues.


Le maire sortant  n’a pas voulu répondre au questionnaire de l’ASEOR et s’est limité à des commentaires.

Ceux-ci, ainsi que les réponses des autres candidats, vous ont été diffusés dans un tract de l’ASEOR.

Dans ses commentaires, notre maire a affirmé choses fausses.

L’ASEOR estime devoir rétablir la vérité  pour les commentaires du candidat dans les quatre premières questions. Nous vous  laissons juger ceux des autres questions.

Question n° 1

Êtes-vous prêt à intervenir pour limiter l’accroissement excessif de population sur le plateau de Saclay ?

Il ne parle que du programme de 900 logements étudiants à Orsay  pour les milliers de logements prévus sur le plateau pas un mot.

Question n° 2

Il s’agissait d’engagements pour 2030 et non 2020

Les 4 à 500  habitants ne représentent que les opérations en cours, c’est-à-dire les 8 arpents et le Guichet livrés prochainement. Ils représentent à eux deux  plus de 150 logements si l’on considère 2,5 personnes par logement le compte est bon.

Il n’est pas tenu compte des  nombreux projets tels que : le centre ville (200 logements annoncés)  le projet sur le Terrain Vigouroux, le Projet à la place de la Maison De Gennes, etc. qui ont de fortes chances d’être réalisés  avant 2020.

Question n° 3

L’affirmation que le COS permettait avant la loi Duflot de disposer des aménagements intérieurs dans le cadre de l’instruction est fausse. Au cours  des années 2003/2004 l’ASEOR avait voulu utiliser cet argument pour interdire la transformation des pavillons en  logements bi-familiaux, il lui avait été répondu que cela n’était pas possible.

Par contre vous pouvez constater que la suppression du COS dans le PLU  a permis entre autre :

-La construction de 2 immeubles à la place de pavillons à Mondétour,

-L’extension d’un pavillon rue Serpente à côté du Gymnase Blondin,

-Le projet d’un immeuble  à la place d’un pavillon rue Maginot. grâce au PLU qu’il a voulu, le Maire n’a plus aucune possibilité légale d’empêcher la réalisation de cet  immeuble.

- etc.

Question N° 4

Les permis de construire à Orsay hors Contrat de Développement Territorial (CDT) sont instruits par la commune et non par  l’EPPS ou l’EPA. Comment pourraient-ils organiser l’étude d’impact pour l’aménagement du Centre ville par exemple ?

Comme à chaque élection municipale, l’ASEOR interroge les différentes listes candidates pour connaître leurs projets et engagements relatifs à l’environnement d’Orsay. Nous répercuterons ces réponses à la population par un tract spécial qui sera distribué à grande échelle.

Vous pouvez également consulter les réponses individuelles :

La réponse de Jean-Christophe Péral, pour la liste Orsay en action

La réponse de Raymond Raphaël, pour la liste Orsay à venir

La réponse de David Ros, pour la liste Ensemble pour l’avenir d’Orsay

Lors de notre dernière Assemblée Générale, un bilan comparant les promesses faites par le maire actuel, alors candidat, et les réalisations effectives a été distribué aux membres présent. Vous pouvez le télécharger en cliquant sur ce lien.

En 2012 après Jésus-Christ, Dieu visite Noé et lui dit :
- Une fois encore, la Terre est devenue invivable et surpeuplée. Construis une arche et rassemble un couple de chaque être vivant ainsi que quelques bons humains. Dans six mois, j’envoie la pluie durant quarante jours et quarante nuits, et je détruis tout !

Six mois plus tard, Dieu retourne visiter Noé et ne voit qu’une ébauche de construction navale.

- Mais, Noé, tu n’as pratiquement rien fait ! Demain il commence à pleuvoir!

- Pardonne-moi, Tout Puissant, j’ai fait tout mon possible mais les temps ont changé:

  • J’ai essayé de bâtir l’arche mais il faut un permis de construire et l’inspecteur me fait des ennuis au sujet du système d’alarme anti-incendie.
  • Mes voisins ont créé une association parce que la construction de l’échafaudage dans ma cour viole le règlement de copropriété et obstrue-leur vue. J’ai dû recourir à un conciliateur pour arriver à un accord.
  • L’urbanisme m’a obligé à réaliser une étude de faisabilité et à déposer un mémoire sur les coûts des travaux nécessaires pour transporter l’arche jusqu’à la mer. Pas moyen de leur faire comprendre que la mer allait venir jusqu’à nous. Ils ont refusé de me croire.
  • La coupe du bois de construction navale s’est heurtée aux multiples Associations pour La Protection de l’Environnement sous le triple motif que je contribuais à la déforestation, que mon autorisation donnée par les Eaux et Forêts n’avait pas de valeur aux yeux du Ministère de l’environnement, et que cela détruisait l’habitat de plusieurs espèces animales. J’ai pourtant expliqué qu’il s’agissait, au contraire de préserver ces espèces, rien n’y a fait.
  • J’avais à peine commencé à rassembler les couples d’animaux que la SPA et WWF me sont tombés sur le dos pour acte de cruauté envers les animaux parce que je les soustrayais contre leur gré à leur milieu naturel et que je les enfermais dans des pièces trop exiguës.
  • Ensuite, l’agence gouvernementale pour le Développement Durable a exigé une étude de l’impact sur l’environnement de ce fameux déluge.
  • Dans le même temps, je me débattais avec le Ministère du Travail qui me reprochait de violer la législation en utilisant des travailleurs bénévoles. Je les avais embauchés car les Syndicats m’avaient interdit d’employer mes propres fils, disant que je ne devais employer que des travailleurs hautement qualifiés et, dans tous les cas, syndiqués.
  • Enfin le Fisc a saisi tous mes avoirs, prétextant que je me préparais à fuir illégalement le pays tandis que les Douanes menaçaient de m’assigner devant les tribunaux pour « tentative de franchissement de frontière en possession d’espèces protégées ou reconnues comme dangereuses ».Aussi, pardonne-moi, Tout Puissant, mais j’ai manqué de persévérance et j’ai abandonné ce projet.

Aussitôt les nuages se sont dissipés, un arc-en-ciel est apparu et le Soleil a lui.

- Mais tu renonces à détruire le monde ? demanda Noé.

- Inutile, répondit Dieu, l’Administration s’en charge !

Pour consulter le numéro de novembre de Liaison, la revue d’Ile-de-France Environnement, cliquez ici.

Pour consulter les anciens numéros, c’est par là.

A l’occasion du conseil de quartier de Mondétour de ce soir, l’ASEOR s’est présentée à l’aide d’un bref Power Point. Vous pouvez le consulter en cliquant sur ce lien.