« Monsieur Lionel Champetier, au nom du Président de la République, nous vous faisons Chevalier de l’ordre National du Mérite »

C’est par ces mots que s’est conclue, le 10 février dernier, la cérémonie au cours de laquelle le président de l’ASEOR s’est vu décerné cette distinction, en présence de notre député, du maire d’Orsay et de quelques proches.

Un court discours d’introduction a, tout d’abord, rappelé l’œuvre que M. Champetier a bâti au fil des années, le travail accompli et les batailles menées… et souvent gagnées.

Et d’analyser « c’est une constante, chaque nouvel élu se prétend bâtisseur : par la magie de son écharpe tricolore, il pense être devenu « docteur… en urbanisme » et les vautours de l’immobilier, qui le sollicitent, savent bien le conforter dans cette illusion ! »

L’ASEOR est apolitique et « a donc combattu de multiples projets : par exemple celui de ZAC de M. Laurent (maire d’Orsay jusqu’en 1995) en faisant annuler son POS. Et de la même façon quelques années plus tard l’Association a forcé Mme Aubry à abandonner son projet de centre culturel ! »

Mais les combats ne sont pas terminés et « sur les projets en cours, entre 200 et 300 logements devraient être construits sans créer, pour eux, une seule place de stationnement. Pour cela le PLU récemment adopté, malgré les réserves de l’Aseor, est une pure merveille : il permet tout ou presque ! Notre ville sera asphyxiée et on tournera en rond »

A ces éloges, M. Champetier a sobrement répondu qu’il considère que cette médaille est le fruit d’un travail collectif de plus de quinze ans de luttes difficiles mais souvent couronnées de succès et qu’il continuera « d’essayer avec l’équipe, comme Cyrano de Bergerac, à faire sonner les vérités comme des éperons« .

Cette médaille est un peu celle de chaque membre de l’ASEOR : elle doit nous encourager à poursuivre nos efforts pour préserver et faire évoluer harmonieusement notre cadre de vie.

Cher adhérent, chère adhérente,

Vous êtes cordialement invité(e) à l’Assemblée Générale de l’A.S.E.OR. qui aura lieu le Jeudi 26 janvier 2012 à 20h30 à la salle de conférences de la Grande Bouvèche à Orsay.

Ordre du jour

1) Rapport moral,

2) Rapport financier,

3) Budget prévisionnel et montant des cotisations,

4) Renouvellement des membres du Conseil d’Administration,

5) Débat sur le thème :
Les Projets de construction à Orsay : Centre ville, Le Guichet, Mondétour, etc…

6) Les résolutions,

7) Questions diverses,

Je vous invite à nous communiquer vos problèmes, vos remarques et vos questions, si possible avant l’Assemblée Générale.

Au cas où vous ne seriez pas disponible le 26 janvier, veuillez nous retourner le pouvoir ci-joint dûment rempli et signé (avec la mention : « bon pour pouvoir»)

L’Assemblée Générale est strictement réservée aux adhérents à jour de leur cotisation de 2011 (membre bienfaiteur 30 €, actif 15 €, étudiant 3 €.). Les membres qui n’auraient pas encore acquitté leur cotisation pourront le faire le 26 janvier prochain, de préférence par chèque à l’ordre de l’A.S.E.OR. (le préparer à l’avance), ou à défaut en fournissant l’appoint.

Bien cordialement,

Le Président de l’A.S.E.OR.

Chers amis et Sympathisants,

Je profite de ce début d’année pour  présenter à vous-même et à vos proches tous mes vœux de bonheur et de santé pour l’année 2012.

Cette année nous aurons à lutter en permanence pour la défense de notre cadre de vie.

A Orsay nos élus, qui ont élaboré un P.L.U. permissible, ne pensent qu’à accorder des permis de construire sans tenir compte de leur impact. De plus, ils restent silencieux devant les projets de développement du plateau de Saclay qui ont une incidence directe sur notre ville.

L’ASEOR a besoin de votre soutien pour défendre un développement harmonieux de notre ville conforme aux souhaits de ses habitants.

Le Conseil d’Administration de l’ASEOR et moi-même comptons sur vous et vous disons :

Bonne année 2012

Le Président  de l’ASEOR

Lionel Champetier

A l’occasion du conseil de quartier de Mondétour de ce soir, l’ASEOR s’est présentée à l’aide d’un bref Power Point. Vous pouvez le consulter en cliquant sur ce lien.

L’ASEOR sera présentée en compagnie des Amis de Mondétour lors du conseil de quartier de Mondétour qui aura lieu le 3 février prochain à 20h30, à la salle Piednoël, place du marché de Mondétour.

Au sommaire d’infos Aseor n°28

  • Le PLU c’est maintenant, demain il sera trop tard
  • Evènements sur Orsay
  • Avis de l’ASEOR sur le PLU adressé à Monsieur le Maire et à tous les élus
  • REFLEXION GENERALE et COMMENTAIRES sur le PADD (plan d’aménagement et de développement durable), le REGLEMENT, le PLU et les ENGAGEMENTS de la MUNICIPALITE.
  • Autres remarques sur le règlement
  • Le projet de loi « Paris-Saclay »

Visualiser Infos Aseor n°28 en PDF

Rappel: L’ASEOR a toujours travaillé avec un souci d’indépendance totale sur un plan politique.
Elle ne reçoit aucune subvention de quelque organisme que ce soit.

Lire la suite de cet article

, , ,

Accédez à l’Infos Aseor n°27 en PDF

Au sommaire :

  1. Demain il sera trop tard.
  2. Evènements sur Orsay
  3. Le PADD
  4. Lutte contre les inondations
  5. OIN du plateau de Saclay

Lire la suite de cet article

, ,

Accédez à l’Infos Aseor n°26 en PDF

Au sommaire :

  • Mobilisons nous pour sauver notre cadre de vie
  • Evènements sur Orsay
  • Le PLU
  • PPRI Enquête inondations
  • L’OIN

Lire la suite de cet article

, , , , , , , , , ,

Accéder à l’Infos Aseor n°25 en PDF et à son supplément sur le schéma directeur de la région de l’Ile de France (SDRIF)

Orcéens soyez vigilants et réagissez
Si vous souhaitez préserver et conserver votre environnement, vous devez être très vigilants et vous intéresser aux différents projets annoncés par les uns et les autres. Dans nos précédents bulletins nous attirions votre attention d’une part sur l’Opération d’intérêt National (OIN) portant sur 49 communes dont la notre, le plateau de Saclay et Versailles, et d’autre part sur la révision du schéma directeur de l’Ile de France.
Depuis a été nommé un Secrétaire d’Etat, M. Christian Blanc, dont la mission initiale était le développement du « Grand Paris » devenue celui « de la Région Capitale ».
De son côté, le Conseil Régional a poursuivi la révision du schéma directeur qu’il a voté le 25 septembre 2008. Pour être opposable ce schéma, qui régit les développements de toute l’Ile de France dont celui de notre secteur doit faire l’objet d’un arrêté du Conseil d’Etat.
Pour l’aménagement de l’Ile de France, l’Etat est en opposition avec les élus de notre région. Les OIN lui permettent d’outrepasser les règles des schémas directeurs en matière d’urbanisme et d’imposer ses projets. Le projet de 150000 logements sur le plateau de Saclay semble abandonné, les actions de nos associations y ayant un peu contribué, mais pas l’opération d’urbanisation en y créant dans une première phase un grand campus universitaire avec des logements. Aucune concertation n’ayant eu lieu nous avons réussi à savoir qu’il a été décidé par M. Blanc et Madame Valérie Pécresse (Ministre de la recherche) de transférer sur le Plateau de Saclay l’ensemble de l’Université ce qui a de lourdes conséquences pour les villes d’Orsay et de Bures sur Yvette. L’argument présenté étant que construire un bâtiment neuf coûte moins cher que le rénover. Peut être cela est valable pour la partie bâtiment seul , mais si l’on y ajoute le coût des réseaux inexistants sur le plateau et des diverses infrastructures qui seront nécessaires cela revient beaucoup plus onéreux pour le contribuable qui par ses impôts finance l’Etat et les collectivités (CAPS et communes en particulier). Une fois de plus l’Etat nous abuse en ne prenant en compte qu’une partie du problème.
En même temps, alors que nous savons pas exactement ce que l’Etat va imposer, la CAPS (communauté d’agglomération du plateau de Saclay) révise son projet de territoire pour la fin d’année et la commune d’Orsay débute son PLU (plan local d’urbanisme).
Que pouvons nous faire, surtout qu’il n’y a pour l’instant aucune concertation et information malgré les nombreuses directives et lois d’accès à l’information , le « Grenelle de l’environnement » ?
Cela ne doit pas nous faire reculer, nous devons nous mobiliser, réagir en dénonçant, chaque fois que cela sera possible et à tous les niveaux, cet abus d’autorité de l’Etat vis à vis des citoyens.

Le schéma directeur de la région de l’Ile de France (SDRIF)

(ses conséquences pour l’environnement d’Orsay)

La révision du schéma directeur de la région Ile de France (SDRIF) a été votée par le Conseil Régional le 25 septembre 2008 après plus de deux années de réunions et de concertation. Il doit être transmis par les services de l’Etat au Conseil d’Etat qui par arrêté le rendra opposable et annulera ainsi le SDRIF de 1994 actuellement en vigueur.

C’est la première fois que ce schéma est établi sous la responsabilité et par les élus régionaux, le précédent l’étant par l’Etat. Il s’en est suivi de nombreux désaccords entre les élus et l’Etat, qui se sont aggravés avec la nomination d’un secrétaire d’Etat chargé du « développement de la Région Capitale ». L’Etat, malgré la décentralisation, souhaite toujours imposer sa vision pour le développement de la Capitale et de sa région.

Toutes les règlements d’urbanisme, le plan local d’urbanisme (PLU) au niveau de la commune, le schéma de cohérence territoriale (SCOT) envisagé au niveau de la CAPS [les SCOT remplacent les schémas directeurs locaux (dans le cas présent le schéma directeur du plateau de Saclay qui vient d’être abrogé) comme les PLU les POS (Plans d’occupation des sols)] doivent être compatibles avec le SDRIF.

L’Etat a la possibilité pour des projets d’intérêt national d’outrepasser les contraintes imposées par ces différents règlements d’urbanisme en créant soit une opération d’intérêt national(OIN) ou un Projet d’intérêt général (PIG).

C’est malheureusement ce qui se passe pour tout le territoire du plateau de Saclay et en particulier celui de la ville d’Orsay, sans obligation de concertation et d’accord avec les habitants et leurs élus.

La révision du SDRIF, qui vient d’être votée, prévoit la possibilité d’une densification de l’urbanisation dans la vallée de l’Yvette et sur le versant Sud du plateau de Saclay, tout en garantissant 2300 hectares d’espaces agricoles non constructibles comme le montre la carte ci-après établie par la CAPS et intégrée à ce schéma. Ce sont environ 300 hectares au maximum qui peuvent être urbanisés sur l’ensemble du plateau (Essonne et Yvelines).

Le projet de campus proposé par l’Etat avec le transfert de l’Université d’Orsay et le regroupement d’un certain nombre de Grandes Ecoles sur la partie Sud du Plateau occuperait de l’ordre de 800 hectares (un peu plus de la surface totale de la ville d’Orsay). En fait, le territoire entre Palaiseau, la Martinière, Saclay, le CEA et le Cepr sera complètement construit. (Adieu à nos espaces verts actuels !). En plus, sont prévus des Centres de vie pouvant recevoir 25000 étudiants et chercheurs.

La Municipalité d’Orsay vient d’engager la réalisation du Plan local d’urbanisme (PLU) et a choisi un bureau d’études pour sa réalisation. Est-il bien raisonnable d’engager ces études alors que tout risque d’être remis en cause par des projets encore mal définis qui seront imposés ?

Que pouvons nous faire pour résister aux projets de l’Etat contre un SDRIF qui est déjà très contraignant pour l’environnement de notre ville ?

, , , , , , , , ,