Depuis plusieurs jours, les Orcéens peuvent voir sur le trottoir à l’angle de la rue Aristide Briand et de la rue du pont de pierre la présence d’un sac repéré « Amiante » protégé par des barrières métalliques.

(Cliquez sur la photo pour une image plus grande)

L’espace public est-il ainsi en train de devenir une décharge sauvage ?

L’amiante est un déchet dangereux soumis à réglementation.

Cet acte d’incivilité risque d’empoisonner toute personne curieuse de ce dépôt.

S’il s’agissait d’une voiture, elle aurait déjà été verbalisée si ce n’est envoyée en fourrière.

Qu’en pensez-vous ?

L’ASEOR a interrogé à plusieurs reprises Monsieur le Maire sur des questions concernant l’urbanisme et le développement d’Orsay, but de notre association.

Malgré la communication de ces demandes (voir le courrier de rappel en cliquant ici) aux membres élus de la commune, nous n’avons toujours pas obtenu de réponse.

Peut être pouvez-vous nous aider à obtenir des réponses à ces questions qui intéressent tous les Orcéens ?

Suite à l’article sur le PLU de la commune d’ORSAY, paru dans le mensuel de la ville de Décembre, l’ASEOR estime nécessaire de clarifier le jugement rendu par le tribunal administratif de Versailles, le 4 Novembre 2019 et dénonce la présentation qui en est faite.

Rappel des actions : 2 recours contentieux contre le PLU d’ORSAY déposés le 11/09/2017 et le 24/11/2017 (suite au conseil municipal ayant voté des amendements sur le PLU, sans enquête publique)

Jugement du tribunalle Tribunal a rendu un « jugement avant-dire droit » qui laisse un sursis de 12 mois à la Ville (délai de 6 mois prolongé de 6 mois à cause des élections municipales) pour régulariser les trois illégalités retenues par les juges :

. insuffisance du rapport de présentation

. irrégularité du règlement en matière de stationnement

. illégalité du classement en zone AUg (Zone à urbaniser) des parcelles situées dans les secteurs du Boulevard Dubreuil, site de l’hôpital et entrée de ville Mondétour

La Ville a donc un délai de 12 mois pour procéder à une modification du PLU et, ce faisant, organiser une nouvelle enquête publique.

Le RER B est saturé. Si des aménagements sur les voies et des rames plus capacitaires sont prévus à moyen terme, l’ASEOR craint que cela ne suffise pas à améliorer durablement les conditions de transports sur cette ligne, alors que le trafic ne cesse d’augmenter fortement d’année en année. Les nombreuses constructions sur le plateau de Saclay ainsi que dans les autres villes autour de la partie sud de la ligne génèrent un nombre forcément grandissant d’usagers.

Dès lors, l’ASEOR souhaite qu’une solution structurelle soit trouvée pour augmenter  le nombre de trains sur la branche Bourg-la-Reine – Saint Rémy les Chevreuse, aujourd’hui limité. Cette solution est le prolongement de la ligne 4 du métro parisien vers Robinson, en reprenant les voies du RER B à partir de Bourg-la-Reine.

L’ASEOR a rédigé un document que vous pouvez lire en cliquant ici pour mieux comprendre cette proposition. C’est évidemment une solution qui prendra du temps pour être appliquée, mais c’est la raison pour laquelle il faut commencer au plus tôt à se mobiliser pour qu’elle soit reprise par tous les pouvoirs publics : municipalités, communautés d’agglomération, départements, région, État et l’autorité organisatrice des transports, Ile-de-France Mobilités.

Au mois de mars 2020 auront lieu les élections municipales.

Comme à chaque fois l’ASEOR  interroge les candidats.

Nous avons besoin de connaitre votre avis et vos suggestions concernant  en particulier les rubriques suivantes :

  1. Entretien des espaces public  = Voiries, trottoirs, chemins et parcs…
  2. Circulations  = Signalisation, marquage au sol, vitesse, ralentisseur, remarque sur la circulation de véhicules dont les dimensions et le poids ne sont pas compatibles avec la voirie…
  3. Occupation abusive de l’espaces public  = Stationnement, poubelles, débordement de haies privées…
  4. Nuisances  =  Pollution : privilégier les circulations douces (vélos, transports en commun sans ou à faible émission de carbone : véhicules à gaz, électriques). Bruit : lutter contre les nuisances aériennes, remplacer les engins très bruyants de nettoyage des rues et les souffleurs de détritus et de feuilles qu’il faut ensuite aspirer. Pourquoi ne pas revenir, en partie, au bon balai…
  5. Vigilance sur la sécurité et la propreté qui sont la conséquence directe de la densification anormale des constructions… (Exemple : le quartier des planches au Guichet)
  6. Biodiversité : conserver  dans tous les secteurs de la ville des espaces de biodiversité, soit en conservant ceux qui existent déjà (arbres et arbustes le long des rues et boulevards) soit en en créant de nouveaux quand les secteurs sont trop bétonnés. Il est regrettable qu’aujourd’hui, les constructions nouvelles (comme La Clarté Dieu) soient construites en bord de trottoir, sans aucun espace de verdure sur le devant.
  7. Transparence : Il faut donner  plus de vision à court et moyen terme aux habitants d’Orsay sur le devenir de l’ensemble de la commune, à travers l’urbanisme, la voirie, le nombre d’habitants, les écoles, les organismes de santé (nous allons perdre 50 % de nos médecins d’ici 10 ans), les maisons de retraites…  Une solution simple et non couteuse : faire paraître dans le bulletin mensuel de la ville, au moins une fois par an,  les constructions en cours et à venir sur un plan explicite, faire un point sur le nombre d’habitants, etc.
  8. En cas de nouveau PLU, faire participer le plus possible la population et les représentants des associations agréées.
  9. Redynamiser le marché (changement d’horaires, de jour ?…) et faciliter l’installation des commerçants dans tous les quartiers (Centre, Mondétour, Le Guichet).
  10. Conseils de quartier : redonner la gouvernance aux habitants.
  11. Autres

Vous pouvez nous donner  des exemples à  l’appui de  vos suggestions et commentaires en nous précisant la rubrique et le lieu.

Le Tribunal Administratif de Versailles donne raison à l’ASEOR, en exigeant de la commune d’Orsay la révision de son PLU, dans un délai de 12 mois à compter du 4 Novembre 2019, pour rectifier les irrégularités dont les principales sont : Les capacités de stationnement et les requalifications en zone AUG des parcelles du boulevard Dubreuil, du site de l’hôpital et de l’entrée de ville sur Mondétour.

Alors que l’enquête publique prolongée sur la ZAC de Corbeville prend fin, l’ASEOR a déposé un avis complémentaire abordant

  • l’insuffisante publicité quant à la prolongation de l’enquête
  • l’échangeur de Corbeville
  • la rigole de Corbeville
  • les nuisances et la pollution
  • la mauvaise affectation des sols
  • l’absence d’étude d’impact des solutions énergétiques proposées
  • la faiblesse des solutions de mobilité
  • le programme de construction prévisionnel
  • les espaces verts
  • les études de trafic
  • l’étude acoustique.

Cliquez ici pour consulter dans le détail cet avis complémentaire.

L’enquête publique sur la ZAC de Corbeville est prolongée de 15 jours jusqu’au 11 juillet suite au constat d’erreurs matérielles. L’ASEOR de son côté a rencontré des difficultés dans le dépôt d’avis (voir nos lettres en date du 19 juin et du 21 juin).

Si vous rencontrez des difficultés similaires, n’hésitez pas à en informer l’ASEOR.

Par décision préfectorale, l’enquête publique sur Corbeville a été prolongée.

L’Aseor le réclamait depuis plusieurs mois.