N°7 juin-juillet 2000

Infos Aseor n°7 en PDF

INFOS-ASEOR

1. PROJETS EN COURS SUR ORSAY.

- Aménagement de la Pacaterie .devis estimatifs en cours d’analyse,

- Fermeture du P.N. 20.et Aménagement du quartier du Guichet.
lundi 17 avril réunion pour l’aménagement du carrefour rue Racine/rue Charles de Gaulle La solution présentée par les riverains et l’ASEOR a été retenue,
Inauguration de la voie de déviation et fermeture du PN20 le 20 mai 2000,

- Boulevard de la Terrasse. Travaux terminés reste à revoir la circulation des piètons et des deux roues,

- Comité Local d’Information et de Surveillance ( C.L.I.S. ) de l’Usine d’ incinération de Villejust . La réunion prévue le 5 juin 2000. a été reportée au mois d’octobre. L’ASEOR est membre de cette commission.

- Réunion du 30 mai avec Madame le Maire
Lors de la réunion de l’ASEOR avec Madame le Maire les points suivants, entre autre, ont été abordés :
-Bilan et efficacité des visites périodiques de quartier,
-Le Guichet
Enquête publique pour l’annulation du P.A.Z. ( plan d’aménagement de zone )
mi-septembre / mi- octobre 2000,
réunion le 28 juin pour le rond point rue Charles de Gaulle / Racine, réunions prévues pour l’aménagement du quartier,
- Mondétour
le diagnostic de la voirie sera terminé prochainement,
la chaufferie des Ulis doit passer au fonctionnement au gaz,
-Le réglement de publicité :
mise en vigueur à partir de avril/mai 2001 ( un délai légal de 2 ans est prévu entre l’approbation et la mise en application )
-Une réflexion sur le stationnement dans les quartiers du Guichet et de Mondétour est envisagée,

2. L’YVETTE

Une réunion a eu lieu avec le Président du Syndicat Intercommunal de l’Aménagement Hydraulique de l’Yvette (SIAHVY) le 7 avril 2000.
Au cours de cette réunion l’ASEOR a débattu des points suivants :
-
les innondations de décembre 1999, vous trouverez en annexe une synthèse sur cet incident établie à partir du rapport remis par le SIAHVY
-
le plan de prévention des risques naturels ( PPRN ). L’ASEOR a adressé un courrier à Monsieur le Préfet de l’Essonne sous couvert de Madame le Maire d’Orsay pour demander la réalisation de ce plan qui n’existe toujours pas en Essonne.
-
les problèmes d’entretien des berges et l’aménagement futur du Lac de Lozère,

3.LA BRETELLE DE CHEVREUSE (RN188)

Madame le Maire d’Orsay nous a communiqué un courrier du Sous-Préfet de Palaiseau dans lequel il signale entre autre : « …Les associations du secteur ont proposé d’autres alternatives au trajet retenu et ont appelé mon attention sur les problèmes de sécurité.

La Direction Départementale de l’Equipement approfondit actuellement cette question afin d’établir un diagnostic et apporter des propositions d’aménagement compatible avec les diverses préoccupations évoquées. »

Commencerait-on à écouter les associations!!!

4.LE SECTEUR DE LA VAUVES
OU
LE DEBUT DE L’URBANISATION DU PLATEAU DE SACLAY

Malgré les avis défavorables des riverains et des associations sur le P.O.S de Palaiseau, l’Etat ne perd pas de temps pour entreprendre l’urbanisation du secteur de la Vauves l’une des meilleures terres agricoles du plateau, en effet :

« La DDE de l’Essonne réfléchit à l’aménagement d’un technoparc, sur un site de 80 ha, à côté de l’Ecole polytechnique à Palaiseau. Le terrain, qui appartient au ministère de la Défense, serait constructible depuis la révision, l’an dernier, du POS de Palaiseau et du schéma directeur du plateau de Saclay. L’étude technique a été confiée à l’AFTRP. Un comité de pilotage, présidé par le préfet de l’Essonne, et un comité technique sous la responsabilité du directeur départemental de l’Equipement ont déjà été mis en place. » (Moniteur du 28/04/2000)

5.LES NUISANCES AERIENNES

Le samedi 20 mai 2000 les associations de lutte contre les nuisances aériennes ont manifesté à Roissy et à Toussus le Noble contre les nuisances provoquées par l’augmentation du trafic à Roissy et Orly. En ce qui concerne l’aéroport d’Orly une charte dite de « qualité de l’environnement sonore de l’aéroport de Paris-Orly » vient d’être signée dans des conditions un peu particulières par les élus du secteur. Vous trouverez ci-après le communiqué diffusé le 4 mai par le du bureau de l’UFCNA1 et signé par son Pésident Monsieur R.VAYRAC (Membre du Conseil National du Bruit et de la Commission Nationale de Prévention des Nuisances)

« Le 20 avril dernier, le Préfet de la Région Ile-de-France a fait entériner le projet de charte dite de « qualité de l’environnement sonore de l’aéroport de Paris-Orly », par une Commission Consultative de l’Environnement dont la composition n’est pas conforme aux dispositions de la loi n°99.588 du 12 juillet 1999 et de son décret d’application 2000.127 du 16/2/2000.

Rappelons que dans cette Commission Consultative de l’Environnement, constituée suivant les règles définies par décret du 21/5/1987, aujourd’hui caduques, les organisaion de riverains ne disposent que d’une représentation marginale (8 sur 56).

Le texte adopté a été contesté par les seuls représentants des riverains et par l’UFCNA. Il ouvre la voie, par la rédaction de plusieurs de ses paragraphes, au déplafonnement du trafic aérien « en fonction de l’importance des améliorations constatées de l’envitronnement sonore » !!!

Si, pour reprendre les termes utilisés par le Ministre, J.C. GAYSSOT, les riverains sont bien d’accord sur la « nécessité de conjuguer harmonieusement maintien du potentiel économique constitué par l’aéroport dans le respect scrupuleux de l’environnement et des droits acquis dans ce domaine », ils demeurent et demeureront farouchement opposés à toute augmentation du trafic aérien, étant une nouvelle fois rappelé que les objectifs fixés par le Schéma Directeur de la Région Ile-de-France 2015, approuvé par décret le 26/4/1994, ne sont toujours pas respectés (en 1999, dépassement de 45000 mouvements).

Si les gains réalisés par les progrès de la technologie sont sans cesse effacés par l’augmentation du trafic, ce sera aussi organiser  « le sacifice durable » pour les populations riveraines, soumises au matraquage incessant du bruit des avions.

Enfin , si pertes d’emploi il y a eu ces dernières années, celles-ci sont dues à l’ouverture à la concurrence. Les riverains ne sont en rien responsables de cette situation et ils n’accepteront pas d’en faire une fois de plus les frais. Il appartient au gouvernement, et à lui seul, de prendre les mesures qui s’imposent pour corriger les dérives de la mondialisation de l’économie.

En approuvant en l’état un texte qui ne réalisait pas le consensus, les élus, dont la plupart avaient en 1994 exigé avec beaucoup de véhémence, le blocage du trafic aérien à 200.000 mouvements par an à Orly, ont choisi la voie de la facilité. Ils ont aussi clairement posé les limites de leur crédibilité. »

6.LE PLAN DE DEPLACEMENTS URBAINS (P.D.U.)

Le Plan de Déplacements Urbains de l’Ile de France est actuellement soumis à enquête publique

L’enquête publique se déroule à partir du 2 juin jusqu’au au 13 juillet 2000 en Mairie d’Orsay. Le commissaire enquêteur sera à la disposition du public à Orsay
le mercredi matin 7 juin
2
VENEZ NOMBREUX FAIRE VOS REMARQUES

Pour faciliter votre analyse et vous aider dans la rédaction de vos observations,nous avons pensé utile de vous communiquer ci-après les avis des associations régionale et départementale auxquelles l’ASEOR adhère :

Avis de Ile de France Environnement3 ( IDFE).

( extrait du bulletin mensuel « Liaison » n° 25 de mai 2000 )

« Ile-de-France Environnement approuve le diagnostic ainsi qu’un certain nombre d’idées fortes présentées dans le projet de PDU pour :

*développer les transports collectifs en favorisant leur attractivité,
*permettre aux zones d’activités et d’habitations ( « bassins de vie » ) situées hors de la zone agglomérée de disposer de réseaux internes de transports et de liaisons performantes,
*réhabiliter l’espace urbain en favorisant les circulations douces,
*maitriser l’urbanisme,
*harmoniser les liaisons, diminuer le trafic routier poids lourds avec report du fret sur le fer et la voie d’eau, développer et promouvoir une meilleure politique logistique en matière de marchandises,
*rechercher une politique de stationnement adaptée à la maitrise de la circulation,
*informer les futurs acquéreurs de logements sur les contraintes et les coûts des déplacements,
*permettre la mise en place de Comités Locaux chargés de l’application du PDU,
*favoriser l’implantation d’équipements de proximité avec de bonnes dessertes en transports collectifs.


Néanmoins, nous considérons :


que les objectifs fixés en matière de diminution de la circulation automobile (-2%) pour les déplacements internes à la grande couronne et entre la petite et la grande couronne sont insuffisants,

que le Schéma Directeur de la Région Ile de France (SDRIF) ne peut répondre aux objectifs du PDU pour la maitrise de l’urbanisme et pour une mobilité compatible avec un développement durable. Certaines infrastructures prévues au SDRIF sont inadaptées, d’autres indispensables ne sont pas programmées, en particulier pour le réseau ferré,

qu’un certain nombre de recommandations sont :

  • soit oubliées : la généralisation dans les prochaines années de la climatisation des véhicules devrait s’accompagner de mesures pour diminuer la consommation et les émissions de polluants,
  • soit trop peu incitatives : le contournement de l’Ile de France pour les véhicules en transit (voitures particulières+poids lourds) -la création de nombreuses « zones 30 » en réseau pour développer les circulations douces et diminuer la pollution,
  • soit des voeux pieux : de nouvelles infrastructures ferroviaires de contournement sont préconisées alors qu’à moyen terme aucune programmation n’est envisagée; de même les couloirs ferroviaires de fret interrégionaux ne sont toujours pas décidés.

que le PDU ne prend pas suffisamment en compte les recommandations du Plan Régional pour la qualité de l’Air (PRQA) pour combattre les pollutions : bruit, NO, particules PM10, CO2 pour lutter contre l’effet de serre; des contrôles anti-pollutions plus rigoureux seraient nécessaires pour les poids lourds et les deux roues,

En outre, la reconquête de « la ville sur la ville », dans le cas d’une densification autour des gares devra obligatoirement s’accompagner de « garde-fous » environnementaux, sociologiques et de qualité urbaine afin de ne pas bouleverser l’existant et en s’assurant auparavant de l’existence d’une capacité résiduelle suffisante offerte par les transports en commun afin d’éviter leur saturation.

De plus, les mesures préconisées et les investissements prévus en particulier au contrat de plan Etat/Région, bien que considérablement augmentés en faveur des transports collectifs et des modes alternatifs à la voiture individuelle ne nous semblent pas suffisants pour atteindre les objectifs fixés.Ceci est particulièrement vrai pour les déplacements dans la moyenne et grande couronne; ainsi la grande ceinture SNCF devra attendre quelques décennies pour un bouclage complet et une utilisation opérationnelle (voyageurs+fret+plates-formes logistiques).

Une harmonisation et la prise en compte des problèmes communs aux déplacements des personnes et au transport de marchandises à l’échelon du grand Bassin Parisien auraient également été souhaitables dès maintenant.

Conclusion
Dans sa version actuelle, le projet de PDU est riche en intentions et recommandations. Il apparaît que pour atteindre les objectifs généraux fixés, le plan devrait comporter des prescriptions plus nombreuses notamment dans les domaines cités ci-dessus. De plus, le PDU ne sera crédible que dans la mesure où les différents documents d’urbanisme actuels ou prévus (Schéma Directeur Régional d’Ile de France, Schéma de Cohérence Territoriale, Plans d’Occupation des Sols, Plans Locaux d’Urbanisme ) prendront effectivement en compte les objectifs fixés par le Plan avec tous les moyens nécessaires pour leur mise en oeuvre. »

Avis de ESSONNE Nature Environnement ( E.N.E. )4

( rédigé par le Président de ENE et publié dans le bulletin mensuel « Le caneton » adressé aux Présidents des associations membres )

« …Il s’agit cette fois pour le PDU d’une véritable enquête publique qui se déroulera du 2 juin au 13 juillet 2000 dans les 8 départements d’Ile de France, les préfecrures, sous-préfectures et toutes les communes. En Essonne, les 39 mairies chef- lieu de canton accueilleront pour une demi-journée un membre de la commission d’enquête. Nous incitons donc tous les responsables associatifs à prendre connaissance du dossier (nous en avons un exemplaire à Chamarande ) qui a déjà été soumis pour avis aux collectivits locales de novembre 1999 à avril 2000 et à inscrire leurs remarques sur le registre d’enquête, d’où cette feuille d’information que nous pourrons compléter à la demande.

Rappelons brièvement les objectifs de ce PDU. Il s’agit d’un outil mis à la disposition des autorités et des élus et qui doit être pris en compte dans les SDL, les POS…5, pour qu’une nouvelle politique de déplacements aboutisse à la réduction du trafic automobile et de son cortège de nuisances ( pollution, bruit, accidents, coût des infrastructures…) et à la promotion des transports collectifs, des circulations douces avec des mesures de maillage entre les réseaux, de rabattement, de desserte multimodale des grands pôles d’activité…

Le PDU, après l’enquête publique et après son approbation par l’Etat, sera réévalué et au besoin révisé au terme de 5 ans. Son pilotage suppose un suivi de mesures déjà prises ou à prendre. Dans l’Essonne, nous avons déjà participé à plusieurs réunions de mise en place : instance territoriale de concertation ( 4 réunions en Préfecture depuis 1998 avec les différents acteurs : Etat, Région, Départerments, Syndicats intercommunaux, transporteurs, usagers…) et de pôles ( gare de Massy-Palaiseau et Juvisy ); des comités locaux qui devront élaborer des plans de déplacements locaux ( plateau de Saclay ). Nous tenons à la disposition les comptes rendus de ces réunions, la délibération très motivée et détaillée prise par le Conseil Général le 23 mars 2000 pour donner un avis favorable au PDU. Nous avons aussi des avis de certains syndicats intercommunaux et de communes de l’Essonne.

Quelques suggestions pour répondre à l’enquête publique :

-reprendre des arguments déjà donnés pour la consultation sur le PRQA 6quant à la réduction des trafics routiers, à l’amélioration des transports collectifs ( fiabilité, confort, sécurité…), à la maîtrise de l’urbanisation ( dilution, mitage, éloignement exessif des bassins d’habitat et d’emploi… ).
-dénoncer l’incompatibilité que nous avions relevée dès 1998 entre les objectifs du PDU et ceux du SDRIF
7 de 1994 qu’il faudrait réviser : les déplacements périphériques ( cas de l’Essonne ) « sont et resteront assurés en majorité par la voiture » ( p. 149-155 ) !
-sur un plan local : demander à participer aux travaux des comité d’axes et de pôles, citer des exemples précis de desserte routière excessive, de grandes surfaces périphériques ou d’entrepôts géants ( possibilité de desserte ferroviaire ou fluviale ), privilégier le commerce de proximité et non les hypercentres, demander la création de « zones 30 » ( priorité aux piètons, aux circulations douces ), de plans locaux de stationnements et de partage de la voirie.

Les temps ont changé :le PDU devrair servir d’exemple dans la perspective d’un développement durable et pour répondre aux exigence sde qualité de vie des citoyens. Réveillons nos décideurs. »

-NOTA A titre d’information nous vous signalons que le Conseil Général des Yvelines a donné un avis défavorable au projet de P.D.U. le jugeant irréaliste pour les raisons suivantes:

« Le PDU vise une diminution de 2% de l’usage de la voiture au profit des transports en commun (+2%) , de la marche (+10%) et de la bicyclette (+100%) alors que le trafic automobile a tendance à augmenter (+2% dans les années 90 ),
les transports collectifs aujourd’hui ne sont pas adaptés au transport de banlieue à banlieue,
, prolongement de la A 86 faiblesses des infrastructures routières dues à la non réalisation de plusieurs projets : bouclage de la A 12, …
Sur les 6090 Kms de routes du département 5800 sont des routes à 2 ou 3 voies ce qui ne permet pas de créer des voies de circulations spécifiques pour les bus, cyclistes et piètons. » ( Moniteur du 28/04/2000 ).

__________________________________________________________________

BONNES VACANCES
ET
A LA RENTREE

INFOS-ASEOR N°7 juin-juillet 2000

ANNEXE

CRUES DE L’YVETTE DE DECEMBRE 1999

( Synthèse du rapport du SIAHVY )

Le Syndicat Intercommunal d’Aménagement Hydraulique de la Vallée de l’Yvette (SIAHVY) a eu à gérer les crues générées par une pluviométrie exceptionnelle.

1. Analyse de la pluviométrie
La pluviométrie enregistrée par Météo-France sur les quatre stations proches ou sur le bassin versant de l’Yvette pour le mois de décembre est jugée trois fois plus importante que la pluviométrie normale pour ce mois.
Les fortes précipitations ont été réparties en trois vagues successives entre le 10 et le 28 décembre. Les terrains du bassin versant saturé d’eau n’ont pas pu jouer le rôle de tampon, à cela s’ajoute aussi l’imperméabilisation croissante des surfaces construites avec les rejets d’eaux pluviales dans la rivière.
Relevés pluviométriques du mois de décembre 1999
( pluviométrie moyenne pour ce mois équivalent à 60 mm )

Trappes =

178,4 mm

Saclay =

170,6 mm

Le Perray =

165,6 mm

Bretigny =

150,4 mm

2. Analyse des crues
La première montée des eaux est enregistrée dès le 13 décembre avec ensuite des crues et décrues jusqu’au 20 décembre.
Les pluies très abondantes du 24 au 27 décembre sur un sol très saturé , complétées par la tempête du 26, ont provoqué une importante montée des eaux. Le 21 décembre le taux de remplissage des bassins de rétention en amont de Bures était au maximum. Les communes situées en aval ont été avisées d’une possible montée des eaux de l’Yvette avec débordement.
A cela il faut ajouter les effets de la tempête du 26 décembre ; de nombreux arbres déracinés encombrant le lit des cours d’eau, ont gêné le bon fonctionnement des ouvrages.

3. Bilan des crues
Pour le département de l’Essonne la surface totale inondée est de 42 hectares, sinistrant 130 maisons individuelles et immeubles collectifs, ainsi que 6 établissements industriels.
Un plan de prévention des risque naturels (PPRN) est en cours d’élaboration par la D.D.E. de l’Essonne.
Le montant global des dommages sur le réseau hydrographique causés par les inondations et la tempête s’éléve à :
4702360 Frs.pour l’Essonne, correspondant à :
-67,5 kilomètres de nettoyage et enlèvement de débris,
-420 arbres déracinés,
-1492 mètres de berges endommagées,
-648 mètres cubes d’atterrissement,
-plus des dommages causés aux barrages anti-pollution et autres ouvrages hydrauliques,

Pour la commune d’Orsay :
Le bilan fait état :
- dans le domaine de l’Université de nombreux arbres tombés dans l’Yvette,
- au niveau de la piscine d’arbres déracinés dans le lit de la rivière ainsi qu’un cheminement pièton, des berges et défenses de berges abimés ( 50 mètres linéaires ),
-dans la zone du lac de Lozére de nombreux arbres tombés dans la rivière et de 50 mètres linéaires de berges abimées,
Nota : pour les zones inondées se reporter au plan ci-après.

4. Bilan et programme complémentaire

La crue de décembre 1999 a permis de constater le bon fonctionnement des bassins existants,la capacité totale de stockage pour les 6 ouvrages écrêteurs de crues étant de 1.700.000 m3 , elle reste insuffisante pour des crues exceptionnelles. Pour remédier à des phénomènes d’une telle intensité il est prévu de réaliser des volumes de rétention supplémentaires en amont de Chevreuse et sur les différents affluents pour une capacité de l’ordre de 1.000.000 m3 .
Ces volumes supplémentaires seraient constitués de zones inondables de fond de vallée par endiguement.

Bassins existants

Basin de Saint-Forget 250.000 m3 Bassin de la Mérantaise (Gif) 90.000 m3
Bassin de Chevreuse 90.000 m3 Bassin de Bures 220.000 m3
Bassin de Gif (Coupière ) 200.000 m3 Bassin de Saulx 850.000 m3

1Union Française Contre les Nuisances des Aéronefs (2 bis rue du Lion 91380 CHILLY-MAZARIN ;
Tél/Fax :0169091219 ) :

2Se reporter aux panneaux d’affichage en Mairie pour connaitre où sera présent le commissaire enquêteur.

3L’ASEOR est adhérent à IDFE par l’intermédiaire de Essonne Nature Environnement (ENE) et par l’Union des associationsde Sauvegarde du plateau de Saclay ( UASPS). Le Président de l’ASEOR est Président de l’UASPS et de ce fait membre de droit du Conseil d’Administration de IDFE.

4L’ASEOR est membre de Essonne Nature Environnement dont le siège est : 12 route de Lagny 91730 CHAMARANDE ; téléphone : 0160822283-Télécopie : 0160829391.

5SDL :schéma directeur local ( ex : celui du plateau de Saclay ); POS : plan d’occupation des sols

6PRQA : Plan Régional pour la Qualité de l’Air

7SDRIF : Schéma Directeur de la Région Ile-de-rance approuvé en 1994

, , , , , , , , , , , ,

N°6 mars-avril 2000

Infos Aseor n°6 en PDF

INFOS-ASEOR

PROJETS EN COURS SUR ORSAY

- Aménagement de la Pacaterie . Nous attendons toujours l’estimation des travaux de réhabilitation du batiment de la Pacaterie avant passation du marché.

- Fermeture du P.N. 20.et Aménagement du quartier du Guichet.
Prochaines réunions des 3 sous-groupes de travail crées par la Municipalité:

« Aménagement-paysagement», non arrêtée,
« Transports et circulations »,
non arrêtée,
« Equipements publics
»,le 22 mars 2000,

Projet de gare routière : l’ASOR s’est prononcée contre la création d’une gare routière, tout en restant favorable à des stations d’arrêts momentanées qui éviteraient un stationnement prolongé des bus à proximité d’une Ecole maternelle avec tous les inconvénients que cela comporte.

- La Rue de Montlhéry. Toujours pas de nouvelles du projet d’aménagement à revoir par la D.D.E.

- Aménagement de la place de République Travaux d’aménagement en cours.

- Boulevard de la Terrasse. Travaux en cours avec de nombreuses gênes pour les riverains.

- Les nuisances sonores. ci-joint un compte rendu du colloque sur « le bruit dans la ville  » organisé par Ile de France Environnement le samedi 26 février.

L’abondante documentation remise lors de ce colloque est à la disposition des adhérents.

- Les circulations douces. Réunion du comité consultatif sur les Circulations Douces le 20 mars.2000.

- Comité Local d’Information et de Surveillance ( C.L.I.S. ) de l’Usine d’ incinération de Villejust . La réunion de mise en place de ce comité par le Sous-Préfet de Palaiseau a eu lieu le 25février 2000. La prochaine réunion est prévue le 5 juin 2000. L’ASEOR est membre de cette commission.

- Manifestation contre les nuisances aériennes Une manifestation contre les nuisances aériennes est programmée le 25 mai 2000 en Ile de France.Les détails de cette manifestation vous seront communiqués dès qu’il seront connus.

LES VISITES DES QUARTIERS

Les prochaines visites des quartiers avec les services Techniques de la Municipalité sont prévues :

MODETOUR Mardi 11 avril 2000 à 10h30 Place devant Mendes France
CENTRE Mardi 26 avril 2000 à 10h30 devant la poste
GUICHET-OUEST Mardi 9 mai 2000 à 10h30 Parking du Guichet
GUICHET-EST Mardi 23 mai 2000 à 10h30 Parking du Guichet
Vous y êtes conviés, si vous souhaitez la visite de points particuliers vous voudrez bien nous les indiquer au minimum 8 jours avant la date de la visite.

LA REGLEMENTATION

Projet de loi relatif à la solidarité et au renonvellement urbain (SRU)

Ce projet, aussi appelé loi Besson-Gayssot apporterait en particulier, s’il est approuvé, les dispositions suivantes :
-Remplacement des schémas directeurs par des schémas de cohérence teritoriale (SCT)
-Remplacement des POS par des plans locaux d’urbanisme (PLU) ( la notion de zone pour un type d’habitat donné disparait ) ( de gros risques pour notre cadre de vie )
-mise en place des plans de déplacements urbains ( PDU) avec encouragement à la création de syndicats mixtes à l’intérieur d’aires urbaines de plus de 50000 habitants.
-A compter du 1er janvier 2002, les communes de plus 1500 habitants situées dans des agglomérations de plus de 50000 habitants, dont le parc logement comprend moins de 20% de logements sociaux, seront assujetties à un prélèvement de 1000 francs par logement manquant par rapport à ce seuil. 1006 communes sont concernées dont la ville d’Orsay où il y aurait 1013 logements manquants.

Le Plan de déplacement Urbain (PDU ) de la Région Parisenne
La circulaire du 8/11/99 impose l’approbation des PDU avant le 30 juin 2000 après enquête publique.
Dès que la date de l’enquête publique sera connue nous vous le ferons savoir.

LE PLATEAU DE SACLAY

Le 16 février 2000 l’UASPS, dont l’ASEOR est membre, a déposé auprès du Tribunal Administratif une requête en annulation du schéma directeur révisé du plateau de Saclay approuvé par les délégués du DIPS ( District Intercommunal du Plateau de Saclay ) le 23 septembre 1999.
L’analyse en cours par les associations des tableaux des surfaces agricoles fournis par le DIPS et inclus dans le schéma directeur montre que le maintien d’un minimum de 2000 ha de surfaces agricoles utiles imposé par le schéma directeur de la région Ile de France n’est pas respecté.

LA RN 188 BRETELLE DE CHEVREUSE

Depuis la réunion organisée par le Sous-Préfet de Palaiseau le 25 octobre 1999, nous n’avons aucune nouvelle sur le projet d’utilisation de la R.N. 188 par les bus des Ulis.

L’ASEOR a fait des contre-propositions qui sont toujours sans réponse de la part de la Préfecture.

EXTRAITS DU CONSEIL D’ADMINISTRATION DU 24 FEVRIER 2000

Le nouveau Bureau: Président : M. CHAMPETIER
Vice-Président : M. SAUNIER
Trésorier : (fonction assurée momentanément par
M. M. Chicheportiche et Champetier)
Secrétaires : Mme. DORINET-M. BOURDOIS

Responsables de quartier :
Mondétour : M. DE DECKER
Centre : M. SAUNIER
Le Guichet : M. GUIOT

Les Commissions internes de l’ASEOR

.Urbanisme :(respect du POS, tout nouvel aménagement sur Orsay et le secteur de Moulon)

.Circulations :(routières, douces et transports en commun)
Animateur : M. MARCHAND -Suppléant : M. CORNEFERT

Sous-commission :R.N.188 Animateur : Mme. AILLOT

.Respect des Biens et des Personnes : Animateur : M. BERLENBACH
.Nuisances et Environnement : (Bruit,Pollution,Eau) Animateur : M. CATHALA
.Distribution : Animateur : M. ROBIN
.Aménagement du Guichet Animateur : M. BOUCHER
.Bulletin d’Information Animateur : Mme. DORINET

Les responsables de dossiers particuliers.

Chaufferie des Ulis : M. BOURDOIS
Protection de l’yvette et des cours d’eau : M. M. CATHALA-LALLEMAND-ROBIN.-
Représentant à l’OLMC : Mme. DORINET

Représentant au Comité de Jumelage : M.NICOLAS

Représentant auprès du GRAAL(Lozère) : M. MARCHAND
Représentants au Conseil d’administration de l’UASPS :
: titulaires :M. M. CATHALA-CHAMPETIER-
suppléants : M. M. GUIOT-MARCHAND.

Réunions du Conseil d’Administration pour l’année 2000: 23 mars, 25 mai, 28 septembre, 30 novembre.

, , , , , , , , , ,

N°5Janvier Février 2000

Infos Aseor n°5 en PDF

INFOS-ASEOR

L’Assemblée Générale de l’ASEOR eu lieu le jeudi 27 janvier 2000 dans l’Auditorium de l’Espace Tati. Au cours du Conseil d’Administration du 24 février 2000 sera élu le nouveau bureau , et, arrêté le programme des différentes commissions.

___________________

PROJETS EN COURS SUR ORSAY

-Aménagement de la Pacaterie . Nous attendons toujours l’estimation des travaux de réhabilitation du bâtiment de la Pacaterie avant passation du marché.

- Fermeture du P.N. 20.et Aménagement du quartier du Guichet. Au cours du mois de janvier 2000 les 3 sous-groupes de travail crées par la Municipalité se sont réunis :

« Aménagement-paysagement», « Transports et circulations », « Equipements publics »,

Il ressort de ces réunions que la création d’une gare routière au Guichet est envisagée. Après en avoir débattu lors de l’Assemblée Générale, les membres de l’ASEOR se sont prononcés contre la création d’une gare routière. Ils sont par contre favorable à des stations d’arrêts momentanées qui éviteraient un stationnement des bus , mangeur d’espace avec tous les inconvénients que cela comporte à proximité d’une Ecole maternelle.

Au sein de l’Association un groupe de travail a été crée auquel tout adhérent peut participer.

- La Rue de Montlhéry. Toujours pas de nouvelles du projet d’aménagement qui devait être revu par la D.D.E.

- Aménagement de la place de République Début des travaux d’aménagement, la circulation des piétons n’ a pas été le souci principal des projeteurs (il y a un gros trafic de piétons entre la gare du RER, le centre ville, et les établissements scolaires et universitaires ).

-Boulevard de la Terrasse. Participation de l’ASEOR aux réunions avec les riverains.

-Les nuisances sonores. Le mercredi 19 janvier 2000 le groupe de travail « plan municipal de lutte contre le bruit » s’est réuni, des sous groupes de travail ont été crées.

Le samedi 26 février Ile de France Environnement organise un colloque sur « le bruit dans la ville », semblable à celui sur les nuisances aériennes dont un compte-rendu résumé vous a été diffusé dans le dernier « INFOS-ASEOR » N°4.

Nous tenons à la disposition de ceux qui le souhaitent l’abondante documentation remise lors de ces colloques.

-Les circulations douces. Le comité consultatif sur les Circulations Douces s’est réuni pour la première fois le jeudi 13 janvier 2000 ( il est constitué de : Madame le Maire, Mesdames Roche -Parvez-Digard, Messieurs Zajde-Larousse-Thomas-Champetier). Il a été décidé de dresser un état des lieux général avant toute chose.

Un groupe de réflexion fonctionne au sein de l’ASEOR, et tout adhérent qui le souhaite peut y participer.

Vous trouverez au verso une synthèse des premières réflexions de ce groupe.

Le président de l’ASEOR a l’intention de demander lors de la prochaine réunion du comité consultatif que le comité donne un avis sur tous les projets de réaménagement de voirie.

La place de la République et le boulevard de la terrasse en cours ou prochainement en rénovation sont des passages importants de piétons, et sont considérés actuellement comme dangereux.

LE PLATEAU DE SACLAY

Lors du Conseil du 3 février le budget du DIPS a été voté à la majorité moins 6 voix contre. Ce budget prévoit des investissements très importants en particulier l’acquisition de terrains pour l’implantation de Parke Davis entre Polytechnique et la Martinière.

LA RN 188 BRETELLE DE CHEVREUSE

Depuis la réunion organisée par le Sous-Préfet de Palaiseau le 25 octobre 1999, nous n’avons aucune nouvelle sur le projet d’utilisation de la R.N. 188 par les bus des Ulis.

L’ASEOR a fait des contre-propositions qui sont restées sans réponse de la part de la Préfecture.

, , , , , , ,