N°10 -1er Trimestre 2001.

Infos Aseor n°10 en PDF

INFOS-ASEOR

  1. NOS NOUVEAUX INTERLOCUTEURS

Préambule :Nous avons attendu les résultats des élections Municipales et la désignation des nouveaux responsables et délégués pour vous en faire part .

L’équipe municipale :

A la suite des élections municipales du 11 mars 2001, l’équipe de Madame Marie Hélène AUBRY a subi quelques remaniements.

Nos nouveaux interlocuteurs sont :
Maire-adjoint chargé des Travaux, de l’Urbanisme et de l’Environnement:
M.Jean MONGUILLOT
Délégué Chargé des réseaux et de l’assainissement :
M. OHLMAN
Délégué chargé des transports et des relations avec les lotissements :
M. AUMETTRE

Nos représentants dans les différents syndicats :

Syndicat Intercommunal pour l’équipement des vallées de l’Yvette et de la Bièvre (SIEYB)
Titulaires Mme.AUBRY-M.M. MONTEL-AUMETTRE-OHLMAN
Suppléants M.M. ALESSIO-BRIAND-HOLLER-MONGUILLOT

Syndicat Intercommunal d’étude de l’Aménagement du Plateau de Saclay et des communes des Vallées de l’Yvette et de la Bièvre (SYB)
Titulaires Mme. AUBRY M.M.BRIAND-OHLMAN-
Suppléants M.M. HOLLER-MONTEL-AUMETTRE
Nouveau Président M. MARCHAND délégué de Verrières le Buisson et Président du SIAHVB(Syndicat Intercommunal pour l’Aménagement Hydraulique de la Vallée de la Bièvre) remplace M. VILLEVY délégué de Villiers le Bâcle.

Syndicat Intercommunal pour l’Aménagement Hydraulique de la vallée de l’Yvette (SIAHVY)
Titulaires -M.M. MONTEL-OHLMAN
Suppléants Mme.DENIS-M.AUMETTRE

Syndicat des ordures Ménagères (SIOM)
Titulaires Mme AUBRY-M. MONTEL
Suppléants M.M. OHLMAN-KASPARIAN

District Intercommunal du Plateau de Saclay (DIPS)
Titulaires Mme AUBRY-M. MONGUILLOT
Nouveau Président M. MERTIAN DE MULLER Maire et délégué de Buc remplace
M. TRIMBACH

2. PROJETS SUR ORSAY ET SES ENVIRONS

Les Enquêtes publiques. :
Commune de Villebon : « relative à une demande d’autorisation d’exploiter une installation classée pour la protection de l’Environnement » du 23 février au 24 mars 2001.Cette enquête concernait l’autorisation des activités de préparation et de conservation de produits d’origine végétale et animale des Etablissements AUCHAN à Villebon.

L’ASEOR a émis un avis défavorable considérant qu’il était inadmissible qu’une telle enquête soit faites après plus de 10 ans d’exploitation sans aucune explication et justification.
Communes d’Orsay et de Palaiseau : « relative à l’autorisation et à la déclaration d’intérêt général des travaux de curage et d’aménagement des berges du lac de Lozère, sur le territoire des communes d’ORSAY et de PALAISEAU » du 23 avril au 9 mai 2001 inclus.

Nous avons appris par la presse :
Moniteur du 12 janvier 2001

- La commune des Ulis lance un avis d’appel à la concurrence pour le choix d’un maitre d’œuvre relatif au démontage des cuves métalliques existantes et à la construction d’une nouvelle unité de, stockage de fioul lourd et de fioul domestique pour la centrale thermique du réseau de chaleur des Ulis et l’ensemble des raccordements à la chaufferie.

Réception des candidatures date limite le 22 janvier 2001 à 12h00

-Le Syndicat Intercommunal des ordures ménagères de la vallée de Chevreuse (SIOMCV) lance un avis d’appel public à la concurrence pour une mission de maitrise d’œuvre (mission « témoin » en infrastructure) pour les travaux suivants :

travaux préparatoires, terrassement, assainissement, chaussée, parking, soutènement, signalisation, travaux divers,

pour une surface d’environ 4500m² de voirie.date de réponse le 29 janvier 2001 à 12h00.

Attribution de marché

Restructuration de deux équipements culturels municipaux et aménagements annexes (Moniteur du 13/10/2000)

Maitre d’ouvrage Commune d’Orsay

Attributaires :

Sophie Meiffren, 75011 Paris : 179400 Frs. TTC

Martin Herbert, 92600 Asnières sur Seine : 179400 Frs.TTC

Dominique Deshouilière, 75011 Paris : 179400 Frs. TTC

Date d’envoi de l’avis : 22 décembre 2000.

Moniteur du 23 février 2001

Par décret N°2000-1294 du 26 décembre 2000 l’Etablissement public chargé de l’aménagement de la ville nouvelle d’Evry est dissous et ses droits et obligations sont transférés à l’agence foncière et technique de la région parisienne. (AFTRP)

3.REHABILITATION DU LAC DE LOZERE

Les travaux de réhabilitation du Lac de Lozère devaient commencer fin de l’année 2000, la Police de l’eau qui dépend de la DDE est intervenue pour la première fois en les arrêtant sous le prétexte que les procédures de la loi sur l’eau n’étaient pas respectées ce qui nous vaut une deuxième enquête publique et plus de six mois de retard. Les Associations dont l’ASEOR sont intervenues auprès du Préfet de l’Essonne pour s’insurger contre ce manque de coordination entre ses services dont les riverains subissent les conséquences.

4. LES IMPLANTATIONS SUR LE PLATEAU DE SACLAY

Les premiers projets d’implantation sur le plateau de Saclay confirment ce que les Associations et l’ASEOR dénoncent depuis de nombreuses années et auquel les élus et les représentants de l’Etat sont restés sourds jusqu’à présent c’est à dire :
Non respect de la programmation du schéma directeur : en effet le premier projet « Danone » est situé dans le secteur de
Plateau-Palaiseau dont le schéma directeur n’est pas défini. Le seul des trois secteurs du plateau (Moulon, Palaiseau-plateau, La Martinière) qui ait un schéma directeur actuellement arrêté est le Moulon situé à l’opposé.
Sites mal choisis ou insuffisants au départ ce qui remet en cause le maitien du minimum de 2000 hectares de surfaces agricoles exigé par le SDRIF (Schéma directeur de la région Ile de France de 1994).
Sites non préparés à recevoir des entreprises pour lesquels apparaissent des problèmes à résoudre dans l’urgence à
coups de subventions et de travaux improvisés dans l’urgence tels que :
-l’Assainissement et l’Hydraulique qui sont loin d’être résolus,
-la voirie et le stationnement pour absorber l’augmentation du trafic automobile
-les transports en communs inadaptés,
-etc…

L’IMPLANTATION DE DANONE SUR LE SECTEUR DE LA VAUVE
Pour permettre à Danone de s’implanter le DIPS s’est engagé à viabiliser les 10,5 hectares qui lui sont nécessaires et a besoin pour cela de subventions du Département et de la Région qui après avoir été en suspens seraient à nouveau attribuées.
De plus pour réaliser cette viabilisation il faut construire une canalisation spéciale venant de Palaiseau et remettre en état les rigoles, sans compter les frais d’aménagement de la voirie, et tout cela aux frais du contribuable.
Par contre nos ancêtres les Gaulois avaient implanté leur village à l’extrêmité des 13 hectares urbanisés ce qui permet à Danone s’implanter sur 10,5 hectares d’un seul tenant!!!!(le rapport des fouilles archéologiques n’est toujours pas disponible).

L’IMPLANTATION DE SOLEIL A L’ORME DES MERISIERS
Au lieu des 13,5 hectares prévus initialement le projet a besoin d’environ 30 hectares ce qui nécessiterait de dévier le CD 128.
Les problèmes d’assainissement, d’hydraulique, de circulation et de transport en commun sont similaires à ceux du projet précédent.

L’IMPLANTATION DE MOTOROLA AU MOULON
Le site connu depuis longtemps, présente des problèmes de viabilisation, en particulier d’assainissement.

L’IMPLANTATION DE LANCASTER A L’EMPLACEMENT DE LA FERME DE VILLERAS
L’ennui de ce projet est qu’il sera implanté sur des parcelles du cadastre considérées dans le schéma directeur révisé de 1999 du plateau de Saclay comme terres agricoles, ce qui a permis entre autre au DIPS de justifier le respect du minimum des 2000 hectares de surfaces agricoles exigées par le SDRIF.
Les associations ont dénoncé depuis le début cette tromperie dans le schéma directeur du plateau de Saclay.

L’IMPLANTATION DE ALLAVOINE A BIEVRES
Implantation d’une activité commerciale d’horticulture dans un secteur réservé uniquement à l’Agriculture.

PEUT-ON ENCORE PARLER DE LA CEINTURE VERTE DONT FAIT PARTIE LE PLATEAU DE SACLAY?

5.LOI DE SOLIDARITE ET DE RENOUVELLEMENT URBAIN (SRU)
dite Loi Besson-Gayssot

Veuillez vous reporter au dossier ci-joint rédigé par ENE (Essonne Nature Environnement)

Publication au Moniteur des premiers décrets d’application :
le 6 avril 2001 (décret n°2001-260 du 27 mars 2001)concernant : « documents d’urbanisme : schémas de cohérence territoriale, plans locaux d’urbanisme, cartes communales(modification du code de l’urbanisme et du code de l’expropriation pour cause d’utilité publique).
le 13 avril 2001(circulaire N°2001-21/UHC/DU1/6 du 3/04/2001) : « Entrée en vigueur de l’article 30 de la loi du 13/12/2000 relative à la solidarité et au renouvellement urbains, reformant les certificats d’urbanisme »

A NOTER DANS VOS AGENDAS

PROGRAMME DES VISITES DE QUARTIER

arrêté avec M.Fioleau le 22/04/2001

Jeudi 17 mai 2001 à 10h30 : Mondétour Plateau

R.D.V. Mendes France

Jeudi 7 juin 2001 à 10h30 : Centre

R.D.V. La Poste

Jeudi 14 juin 2001 à 10h30 : Guichet-Est

R.D.V. Gare du Guichet

Jeudi 6 septembre 2001 à 10h30 : Mondétour Coteau

R.D.V. sous le viaduc de la RN188

Jeudi 4 octobre 2001 à 10h30 : Centre-avenue Saint- Laurent

R.D.V. La Place de la Mairie

Jeudi 8 novembre 2001 à 10h30 : Guichet-Ouest

R.D.V. Gare du Guichet

Participeront à ces visites l’un des deux délégués :M.M. AUMETTRE-OHLMAN

, , , , , , , , , , , , , , , , , ,

N°9 novembre-décembre 2000

Infos Aseor n°9 en PDF

  1. PROJETS EN COURS SUR ORSAY.

Les Travaux

-La fermeture du P.N.20 et l’aménagement du quartier
Les travaux d’aménagement de l’impasse rue Charles de Gaulle et le passage piètons sous les voies ferrées ont été terminés fin décembre. La voie piètonnière prévue le long de la route de déviation à partir de l’aire de retournement pour le passage pendant les heures de fermeture des ascenseurs de la RATP reste à réaliser.
Sa réalisation est urgente.
-
Rue André Maginot
Travaux en cours, retards importants pour l’enfouissement des réseaux.
-Bretelle de Chevreuse (RN 188 )
Suite à l’affaissement de la chaussée lors des orages de juillet dernier et à l’apparition de fissures importantes, des sondages vont être entrepris par la DDE au printemps prochain. La route devrait être fermée par arrêté préfectoral pendant 2 semaines environ dans le sens A10-les Ulis.
En réponse à un courrier de l’ASEOR du 5 septembre, le préfet de l’Essonne vient de nous informer par lettre en date du 4 décembre que sur la RN188 :
• la vitesse allait être limitée à 50 Km/h
• des travaux de renforcement de chaussée allaient être entrepris,
• la signalisation pour interdire les poids lourds serait adaptée,
• le passage des bus serait autorisé en toute sécurité.
En ce qui concerne la passage des bus Monsieur le Préfet aurait-il bien lu notre lettre?
– R D988, carrefour Chartres/Hucheries
Cette route dépendant du Conseil Général, la Municipalité lui a demandé la mise en sécurité du carrefour début 1999. Toujours rien.
Le Conseil Général de l’Essonne ne semble pas être très soucieux de la sécurité des Orcéens!
-
Route de Montlhéry
Conformément à ce qui avait été annoncé lors de la réunion avec les riverains par Monsieur Holler, une rangée de plots centraux a été implantée de manière à créer une séparation entre les voies montantes et descendantes. Pour renforcer le dispositif un feu sera installé ultérieurement à la hauteur des l’escaliers des Ulis.

Les commissions

-Commission sur le bruit
R
éunion du sous-groupe de travail «cadre de vie et voisinage» le 11 décembre 2000

-Les circulations douces
Toujours pas de nouvelle réunion

La réglementation

Modification du POS dans le quartier du Guichet

Le Commissaire Enquêteur ayant donné un avis favorable, le Conseil Municipal lors de sa séance du 18 décembre a approuvé l’annulation du PAZ (plan d’aménagement de zone ) de l’ancienne ZAC du Guichet et son remplacement par une modification du POS.

Les Enquêtes publiques.

Le PAZ (Plan d’Aménagement de Zone ) de la nouvelle ZAC du Moulon a été soumis à enquête publique dans les Mairies de Gif-sur-Yvette et de Saclay jusqu’au 18 décembre 2000.

La ZAC du Moulon concerne la création d’un Centre de vie avec des logements temporaires pour les chercheurs de passage. Il doit être implanté sur le terrain dit de «rugby» situé sur la commune de Gif-sur-Yvette à proximité de l’IUT.

L’UASPS (Union des Associations de Sauvegarde du Plateau de Saclay ) et l’ASEOR ont émis un avis défavorable considérant en particulier que:
-les logements temporaires doivent être installés dans des zones urbaines de manière à permettre aux Résidents de passage de bénéficier des services, de l’accueil et de la conviviabilité d’une ville existante. Dans le cas contraire, il est nécessaire de créer des services et des commerces de proximité qui sont l’amorce inévitable d’une ville nouvelle, ce que nous ne pouvons accepter sur le plateau.
-il n’existe pas sur le plateau de Saclay de schéma hydraulique et d’assainissement approuvé. De plus dans le cas présent, le Syndicat de l’Yvette (SIAHVY) n’a pas donné son accord pour prendre les rejets supplémentaires dus à ces nouvelles contructions.
-la densité des constructions et les hauteurs prévues sont trop importantes pour s’intégrer harmonieusement dans le site.

Le SIOM (Syndicat Intercommunal des Ordures Ménagères de la vallée de Chevreuse)
- Comité Local d’Information et de Surveillance ( C.L.I.S. ) de l’Usine d’incinération de Villejust .
L’ASEOR est membre de cette commission.et a participé à la réunion du 11 décembre (cf : compte-rendu en annexe )
Par courrier en date du 26/11/2000, l’ASEOR a demandé que des précautions soient prises pour le ramassage des encombrants, tels que réfrigérateurs, ayant des liquides réfrigérants pouvant s’échapper au cours des manipulations et être nocifs pour la couche d’ozone.(ex : fréon).

2. PROJETS SUR ORSAY

Nous avons appris par la presse :
Moniteur du 3 novembre 2000

La commune a lance un avis d’appel public à la concurrence de Marché de maitrise d’œuvre sans concours pour :

-Construction d’un hôtel d’Entreprise à Orsay,

-Reconstruction , extension , études générales sur le fonctionnement du gymnase, de la salle de restaurant et des annexes de l’école élémentaire du Guichet, impasse René Paillole, 91400 Orsay,

Réponse le 13 novembre 2000
Moniteur du 10 novembre 2000

La commune de Massy a lancé un avis d’appel public à la concurrence en vue d’un marché négocié de maitrise d’œuvre pour :

-La réalisation d’une gare routière Est de 14 lignes de bus en terminus sur une emprise de l’ordre de 8000 m2( évaluation de 11 MF HT ) et d’une gare routière Ouest de sept lignes de bus plus un parvis, sur une emprise de l’ordre de 6800 m2 (évaluation 7,5 MF HT ),
Réponse le 24 novembre 2000
(concerne les travaux de la plate forme mutimodale TGV/RATP de Massy )
Moniteur du 24 novembre 2000

-Le CROUS ( Centre Régional des Oeuvres Universitaires ) lance un avis d’appel à la concurrence pour la réhabilitation du restaurant universitaire «Les Cèdres»,

3.LES INONDATIONS

Suite aux dernières inondations du mois de juillet et à l’inquiétude des habitants, la Municipalité a demandé au bureau d’étude INGETUDE de faire un diagnostic complet des réseaux d’eaux pluviales à Orsay et de proposer des solutions pour éviter de nouveaux incidents.

La présentation des premiers résultats a fait l’objet des réunions publiques suivantes :
Quartier de Mondétour le 2 octobre 2000 à la Maison de Quartier Pierre-Mendes France.
Rue Saint-Laurent/Secteur Est de la R N 188 le 6 décembre 2000 à la Mairie.

Le Lac de Lozère

Le panneau d’affichage des travaux de réhabilitation du lac de Lozère a été mis en place mi-décembre 2000 (durée des travaux annoncée 3 mois)
Les organismes financeurs de l’opération y sont mentionnés, c’est-à-dire :
les villes d’Orsay et de Palaiseau, la Région Ile-de-France, L’Agence de l’eau,

Il n’est fait aucune mention du Conseil Général de l’Essonne .

L’ASEOR vient d’écrire à notre représentante au Conseil Général de l’Essonne pour lui demander des clarifications.

4. L’IMPLANTATION DE DANONE SUR LE SECTEUR DE LA VAUVE

L’implantation du Centre de Recherche de Danone à l’Ouest de l’Ecole Polytechnique rencontre quelques difficultés malgré les mises en garde de l’Union des Associations qui a rencontré la direction de projet de Danone le 6 décembre 2000.
Les fouilles archéologiques préalables ont mis en évidence la présence de 151 points intéressants.
Les fouilles payées par Danone vont-elles être approfondies?
La présence de ces sites archéologiques avait été cachée à Danone par le propriétaire, c’est à dire l’Etat, ce sont les associations au cours d’une réunion d’information en Mairie de Palaiseau qui le lui ont appris.
A l’emplacement choisi il existe aussi des zones humides avec présence d’une faune et flore rares qui nécessitent conformément à la loi sur l’eau des précautions particulières et des investigations avant toute intervention. Pour l’instant malgré la demande des associations rien n’a été prévu.
Va-t-on une nouvelle fois outrepasser la loi?
Il faut savoir que Danone est signataire de la convention internationale RAMSAR qui impose une utilisation avisée des « zones humides ».
Nous avons appris lors du dernier Conseil d’Administration du District Intercommunal du Plateau de Saclay (DIPS) le 14/12/2000 que des difficultés étaient rencontrées pour résoudre les problèmes d’hydraulique et d’assainissement, ce qui a toujours été annoncé par les associations.
Dans le cas présent tous les rejets d’hydraulique et d’assainissement sont prévus dirigés vers la vallée de la Bièvre.

Il existe d’autres sites sur lesquels cette implantation aurait été mieux adaptée tels que par exemple à l’est de l’Ecole Polytechnique ou même à l’intérieur (188 hectares dont seulement 5 utilisés par l’Ecole ).

5.LOI DE SOLIDARITE ET DE RENOUVELLEMENT URBAIN (SRU)
dite Loi Besson-Gayssot
(se reporter au tract de L’ASEOR)

Cette loi qui a été votée le 21 novembre 2000 et dont les textes d’application sont en préparation, est appelée à se mettre en place progressivement au fur et à mesure de la publication de ses décrets d’application annoncée pour avril 2000.

Les modalités de passage des anciens aux nouveaux documents de planification devraient être les suivantes pour les documents d’urbanisme en vigueur sur la commune d’Orsay :
-Passage des schémas directeurs aux schémas de cohérence territoriale
Ceci concerne le schéma directeur de la région Ile de France (SDRIF) et le schéma directeur du plateau de Saclay qui seront remplacés par les Schémas de COhérence Territoriale SCOT.
Ces schémas actuellement en vigueur sont maintenus, à condition que leur suivi puisse être assuré. Au plus tard le 1
er janvier 2002 (date limite de constitution d’une EPCI =Etablissement Publique de Coopération Intercomunale suivant la loi dite Chevènement) il seront gérés par les EPCI.
Si à cette date, il n’existe pas une EPCI pour le suivre, le schéma directeur deviendra caduc.
Cela signifie qu’en cas de dissolution du DIPS le Schéma Directeur du Plateau de Saclay deviendrait caduc et un schéma de cohérence territoriale serait établi par le ou les EPCI qui auront été constitués par nos communes
-Passage des plans d’occupation des sols aux plans locaux d’urbanisme
Les Plans d’Occupation des Sols (POS) approuvés avant l’entrée en vigueur de la loi, ce qui est le cas pour celui d’Orsay, sont maintenus mais ils restent soumis au régime juridique des PLU (Plan Local d’Urbanisme) qui doivent les remplacer.
Pour l’instant aucune durée transitoire n’est prévue pour passer au PLU, contrairement aux schémas directeur qui seront remplacés par les SCOT.
Ils doivent être toutefois compatibles avec les SCOT.qui auront remplacé les schémas directeurs.

A NOTER DANS VOS AGENDAS

PROGRAMME DES VISITES DE QUARTIER

arrêté avec M.Fioleau le 3/10/2000

Jeudi 11 janvier 2001 à 10h30 : Centre

R.D.V. La Poste

Jeudi 1er février 2001 à 10h30 : Guichet-Ouest

R.D.V. Gare du Guichet

Jeudi 1er mars 2001 à 10h30 : Guichet-Est

R.D.V. Gare du Guichet

NOTA : ces dates sont susceptibles d’être modifiées en fonction du calendrier électoral.

_________________________________

ASSEMBLEE GENERALE DE L’ASEOR

le jeudi 25 janvier 2001

à 21h00

La Grande bouvèche

__________________

ELECTIONS MUNICIPALES

les 11 et 18 mars 2001

BONNES FETES

et

Nos Meilleurs Vœux Pour 2001

, , , , , , , , , , ,

N°8 septembre-octobre 2000

Infos Aseor n°8 en PDF

INFOS-ASEOR

1. PROJETS EN COURS SUR ORSAY.

Les Travaux

- Aménagement de la Pacaterie
Devis estimatifs en cours d’analyse, et demande d’explication concernant les permis de construire.

- Fermeture du P.N. 20 et Aménagement du quartier du Guichet.
Plusieurs réunions publiques d’information et visites de quartier concernant le détail des aménagements après la fermeture du passage à niveau ont eu lieu fin juin et début juillet.

La réalisation du passage souterrain pour piètons et l’aire de retournement pour les véhicules sont en cours de réalisation.

A l’extrêmité de l’aire de retournement sera prévue une voie piètonne permettant le passage de l’autre côté des voies RATP des deux roues, poussettes, handicapés, etc…pendant les heures de non fonctionnement des ascenseurs.

- Le diagnostic de la voirie à Mondétour
les résultats de ce diagnostic ont été communiqués par Madame le Maire lors de la réunion publique du 2 octobre à Mondétour sur les inondations.

- Allée Alfred Pohu
L’aménagement piètonnier définitif au Sud de cette allée est le bienvenu.

- La route de Montlhéry ( R.N. 446 )

Suite à la pétition qu’ils avaient adressée pour la sécurité de la route de Montlhéry les riverains ont été reçus avec l’ASEOR par la Municipalité le 4/10/2000. Des engagements ont été pris pour la mise en place rapide de dispositifs, dont le renforcement de la séparation des voies entre elles, pour ralentir la vitesse des véhicules.

La réglementation

- Le réglement de publicité : mise en vigueur à partir de avril/mai 2001 ( un délai légal de 2 ans est prévu entre l’approbation et la mise en application )RAPPEL

- Le respect du POS

Les permis de construire intitulés « bi-familiaux » délivrés par la Municipalité dans les zones U.H. ( zone d’habitat individuel ) sont en contradiction avec le P.O.S.

L’ASEOR l’a signalé à plusieurs reprises à Madame le Maire qui devait prendre des dispositions en conséquence.

Les Enquêtes publiques.

- Modification du P.O.S.
L’enquête publique annulant le P.A.Z. ( plan d’aménagement de zone ) de la ZAC du Guichet et le remplaçant par des éléments du POS a eu lieu en octobre. Le zonage proposé correspondant exactement à celui que nous avions demandé. L’ASEOR a donné un avis favorable ( cf : avis ci-joint ).

- La chaufferie des Ulis
Une enquête publique en mairie des Ulis et d’Orsay a eu lieu à compter du 9 octobre pour le passage du fonctionnement de la chaufferie du fuel au gaz, de manière à réduire les pollutions dues aux rejets.

L’ASEOR a donné un avis favorable sous réserve de la création par le Préfet de l’Essonne d’une commission locale d’information et de Surveillance (CLIS ) ( cf : avis ci-joint ).

Le SIOM (Syndicat Intercommunal des Ordures Méngères de la vallée de Chevreuse)

- Comité Local d’Information et de Surveillance ( C.L.I.S. ) de l’Usine d’ incinération de Villejust .
La réunion prévue le 5 juin 2000. a été reportée au 5 décembre. L’ASEOR est membre de cette commission.

- Comité de pilotage du contrat « Terres Vives en Ile-de-France »
Lors de la réunion du 22/09/2000, le SIOM nous a informé :

* Des projets en cours de « plate-formes environnementales » (déchetteries ) sur les communes de Verrières, Villebon sur Yvette, Gif sur Yvette, Villejust, Bures sur Yvette, les Ulis.

* De l’avancement de la collecte selective des emballages:
- les communes déjà dotées de conteneurs sont : Gif sur Yvette, les Ulis, Palaiseau et Villebon,
- la deuxième tranche concerne : Igny, Verrières le Buisson et Longjumeau,
- la troisième tranche concerne : Bures sur Yvette, Chevreuse, Gometz le Châtel, St. Rémy les Chevreuse, Villejust, Villiers le Bâcle et St. Aubin, Orsay.

2. PROJETS SUR ORSAY

Nous avons appris par la presse :

Le projet d’extension de l’Hôpital (Moniteur du 29/09/2000 )

Concours d’architecture pour l’extension et la restructuration du Centre Hospitalier d’Orsay :
3050 m
2dont 1950 m2 neufs et 1100 m2 restructurés

Nouvelle voirie du Guichet (Moniteur du 29/09/2000 )

Appel d’offres lancé par la Municipalité pour l’aménagement paysagé de la voirie nouvelle au Guichet

Restructuration de deux équipements culturels municipaux (Moniteur du 13/10/2000 )

La Municipalité a lancé un appel d’offres pour assistance à maitrise d’ouvrage en vue de « la restructuration de deux équipements culturels municipaux et aménagements annexes » comprenant:

Centre culturel constitué : salle de spectacles de 400 places

locaux associatifs affectés salle de danse de 120 m2

salle de120 m2

2 ateliers de 80 m2

etc…

locaux associatifs non affectés 5 salles polyvalentes

4 bureaux

la médiathèque avec la création d’une nouvelle biblio thèque

etc…

3.LES INONDATIONS

Suite aux nouvelles inondations qui se sont produites au cours du mois de juillet 2000 Madame le Maire d’Orsay a :

- reçu les riverains de l’Yvette du quartier du lac de Lozère le 28 septembre pour aborder le problèmes de débordement de l’Yvette .
Pour défendre leurs intérêts les riverains de Palaiseau, Villebon, Orsay viennent de créer une Association des Riverains De l’Yvette « ARDY » qui est soutenue par le GRAAL à Palaiseau et l’ASEOR à Orsay.

- organisé une réunion publique le 2 octobre 2000 à Mondétour.

A la suite de ces réunions au cours desquelles certains dysfonctionnements ont été constatés, en particulier, entre la municipalité et le SIAHVY (syndicat intercommunal d’aménagement hydraulique de la vallée de l’Yvette ) Madame le Maire a décidé de faire appel à un bureau spécialisé pour établir un état des lieux.

4.COUT DE L’IMPLANTATION DE DANONE SUR LE SECTEUR DE LA VAUVES

Ce que ne vous disent pas les élus et les médias c’est ce que coûtera au contribuable l’implantation du Centre de Recherche de Danone, sans compter la disparition des meilleures terres agricoles du plateau.

Création d’emplois :
Il s’agit du transfert de 600 emplois venant du Plessis Robinson,d’Athis Mons, de Volvic, et non la création de nouveaux emplois.

Coût des terrains achetés par le DIPS (conseil du DIPS du 4/10/2000)

56 hectares achetés en 1996 par le ministère de la Défense à 14 F/m2 et revendus au DIPS ( district intercommunal du plateau de Saclay ) en 2000 à 20 F./ m 2 (achat immédiat de 13 hectares avec option pour l’achat du reste des 56 hectares ).

Coût de la viabilisation(conseil du DIPS du 4/10/2000 )

La viabilisation des 13 hectares va revenir au DIPS à 33,1 millions de francs.

Les 10,5 hectares nécessaires à DANONE lui seront vendus 25 Millions de francs.

Le Conseil Général de l’Essonne prend en charge les aménagements de voiries (Transformation du C.D. 128 en boulevard urbain, et aménagement du carrefour C.D.36/C.D. 128 ).

Les problèmes d’assainissement et d’hydraulique ne sont toujours pas réglés.

Qui va payer la différence?

5. ATTENTION AU BRUIT AERIEN :ESSONNE ET OUEST PARISIEN

Nous avons appris de diverses sources que la D.G.A.C. et Aéroport de Paris ont décidé unilatéralement d’expérimenter en novembre pour une mise en application en mars prochain de nouveaux couloirs passant par l’Ouest Parisien et l’Essonne. Ces dispositions se traduiraient par le passage d’environ 150 à 200 avions en plus par jour sur ces secteurs, ce qui ne pourra qu’empirer par la suite avec la croissance du trafic aérien attendue ( plus 8 à 10% par an ).

Le projet consiste à dégager les alentours de Roissy en supprimant un virage rapide ( 180° à gauche près de Roissy pour les avions décollant face à l’Ouest ) qui maintient les avions près de Roissy, et à obliger ceux allant vers l’Est de contourner tout Paris par l’Ouest et le Sud. Le couloir aujourd’hui réservé aux approches d’Orly serait alors reporté plus au Sud-Est de l’Essonne, de Dourdan à Combs-la-ville, en passant par Brétigny, Ris-Orangis, Evry, Etiolles.

Nous vous tiendrons informés.

6.L’INTERCOMMUNALITE ( DITE LOI CHEVENEMENT )

Le Gouvernement actuel a deux grands projets de loi qui risquent de remettre en cause notre environnement :

- Le premier projet concerne le S.R.U (Solidarité et Renouvellements Urbains) ou encore appelé « loi Besson-Gayssot » pour lequel nous vous avons diffusé un tract d’information vous précisant les risques encourus par notre Environnement.

- Le second concerne un projet de « loi relative au renforcement et à la simplification de la coopération intercommunale » dite loi Chevènement.

Les différents syndicats intercommunaux dont les territoires d’intervention actuellement ne sont pas les mêmes ( ex : syndicat des ordures ménagères, le SIAHVY,le DIPS, etc…) seraient supprimés et remplacés par des communautés urbaines, d’agglomération et de communes, intervenants sur un même secteur.

Ces E.P.C.I. ( Etablissement publics de coopération intercommunale ) à fiscalité propre seront mis en application le 1er janvier 2002.

Vous trouverez ci-joint une première analyse faite dans le « Le Caneton d Essonne Nature Environnement » du mois de septembre, en attendant que nous soyons en mesure de vous faire une présentation impartiale et objective de ce projet de loi qui va modifier le fonctionnement de nos communes.

PROGRAMME DES VISITES DE QUARTIER

arrêté avec M.Fioleau le 3/10/2000

Jeudi 26 octobre 2000 à 10h30 : Guichet/Fermeture PN20

R.D.V. Gare du Guichet

Jeudi 16 novembre 2000 à 10h30 : Mondétour Coteau

R.D.V. Viaduc rue de Montlhéry

Jeudi 14 décembre 2000 à 10h30 : Mondétour plateau

R.D.V. Mendes France

Jeudi 11 janvier 2001 à 10h30 : Centre

R.D.V. La Poste

Jeudi 2 février 2001 à 10h30 : Guichet-Ouest

R.D.V. Gare du Guichet

Jeudi 1er mars 2001 à 10h30 : Guichet-Est

R.D.V. Gare du Guichet

, , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

N°7 juin-juillet 2000

Infos Aseor n°7 en PDF

INFOS-ASEOR

1. PROJETS EN COURS SUR ORSAY.

- Aménagement de la Pacaterie .devis estimatifs en cours d’analyse,

- Fermeture du P.N. 20.et Aménagement du quartier du Guichet.
lundi 17 avril réunion pour l’aménagement du carrefour rue Racine/rue Charles de Gaulle La solution présentée par les riverains et l’ASEOR a été retenue,
Inauguration de la voie de déviation et fermeture du PN20 le 20 mai 2000,

- Boulevard de la Terrasse. Travaux terminés reste à revoir la circulation des piètons et des deux roues,

- Comité Local d’Information et de Surveillance ( C.L.I.S. ) de l’Usine d’ incinération de Villejust . La réunion prévue le 5 juin 2000. a été reportée au mois d’octobre. L’ASEOR est membre de cette commission.

- Réunion du 30 mai avec Madame le Maire
Lors de la réunion de l’ASEOR avec Madame le Maire les points suivants, entre autre, ont été abordés :
-Bilan et efficacité des visites périodiques de quartier,
-Le Guichet
Enquête publique pour l’annulation du P.A.Z. ( plan d’aménagement de zone )
mi-septembre / mi- octobre 2000,
réunion le 28 juin pour le rond point rue Charles de Gaulle / Racine, réunions prévues pour l’aménagement du quartier,
- Mondétour
le diagnostic de la voirie sera terminé prochainement,
la chaufferie des Ulis doit passer au fonctionnement au gaz,
-Le réglement de publicité :
mise en vigueur à partir de avril/mai 2001 ( un délai légal de 2 ans est prévu entre l’approbation et la mise en application )
-Une réflexion sur le stationnement dans les quartiers du Guichet et de Mondétour est envisagée,

2. L’YVETTE

Une réunion a eu lieu avec le Président du Syndicat Intercommunal de l’Aménagement Hydraulique de l’Yvette (SIAHVY) le 7 avril 2000.
Au cours de cette réunion l’ASEOR a débattu des points suivants :
-
les innondations de décembre 1999, vous trouverez en annexe une synthèse sur cet incident établie à partir du rapport remis par le SIAHVY
-
le plan de prévention des risques naturels ( PPRN ). L’ASEOR a adressé un courrier à Monsieur le Préfet de l’Essonne sous couvert de Madame le Maire d’Orsay pour demander la réalisation de ce plan qui n’existe toujours pas en Essonne.
-
les problèmes d’entretien des berges et l’aménagement futur du Lac de Lozère,

3.LA BRETELLE DE CHEVREUSE (RN188)

Madame le Maire d’Orsay nous a communiqué un courrier du Sous-Préfet de Palaiseau dans lequel il signale entre autre : « …Les associations du secteur ont proposé d’autres alternatives au trajet retenu et ont appelé mon attention sur les problèmes de sécurité.

La Direction Départementale de l’Equipement approfondit actuellement cette question afin d’établir un diagnostic et apporter des propositions d’aménagement compatible avec les diverses préoccupations évoquées. »

Commencerait-on à écouter les associations!!!

4.LE SECTEUR DE LA VAUVES
OU
LE DEBUT DE L’URBANISATION DU PLATEAU DE SACLAY

Malgré les avis défavorables des riverains et des associations sur le P.O.S de Palaiseau, l’Etat ne perd pas de temps pour entreprendre l’urbanisation du secteur de la Vauves l’une des meilleures terres agricoles du plateau, en effet :

« La DDE de l’Essonne réfléchit à l’aménagement d’un technoparc, sur un site de 80 ha, à côté de l’Ecole polytechnique à Palaiseau. Le terrain, qui appartient au ministère de la Défense, serait constructible depuis la révision, l’an dernier, du POS de Palaiseau et du schéma directeur du plateau de Saclay. L’étude technique a été confiée à l’AFTRP. Un comité de pilotage, présidé par le préfet de l’Essonne, et un comité technique sous la responsabilité du directeur départemental de l’Equipement ont déjà été mis en place. » (Moniteur du 28/04/2000)

5.LES NUISANCES AERIENNES

Le samedi 20 mai 2000 les associations de lutte contre les nuisances aériennes ont manifesté à Roissy et à Toussus le Noble contre les nuisances provoquées par l’augmentation du trafic à Roissy et Orly. En ce qui concerne l’aéroport d’Orly une charte dite de « qualité de l’environnement sonore de l’aéroport de Paris-Orly » vient d’être signée dans des conditions un peu particulières par les élus du secteur. Vous trouverez ci-après le communiqué diffusé le 4 mai par le du bureau de l’UFCNA1 et signé par son Pésident Monsieur R.VAYRAC (Membre du Conseil National du Bruit et de la Commission Nationale de Prévention des Nuisances)

« Le 20 avril dernier, le Préfet de la Région Ile-de-France a fait entériner le projet de charte dite de « qualité de l’environnement sonore de l’aéroport de Paris-Orly », par une Commission Consultative de l’Environnement dont la composition n’est pas conforme aux dispositions de la loi n°99.588 du 12 juillet 1999 et de son décret d’application 2000.127 du 16/2/2000.

Rappelons que dans cette Commission Consultative de l’Environnement, constituée suivant les règles définies par décret du 21/5/1987, aujourd’hui caduques, les organisaion de riverains ne disposent que d’une représentation marginale (8 sur 56).

Le texte adopté a été contesté par les seuls représentants des riverains et par l’UFCNA. Il ouvre la voie, par la rédaction de plusieurs de ses paragraphes, au déplafonnement du trafic aérien « en fonction de l’importance des améliorations constatées de l’envitronnement sonore » !!!

Si, pour reprendre les termes utilisés par le Ministre, J.C. GAYSSOT, les riverains sont bien d’accord sur la « nécessité de conjuguer harmonieusement maintien du potentiel économique constitué par l’aéroport dans le respect scrupuleux de l’environnement et des droits acquis dans ce domaine », ils demeurent et demeureront farouchement opposés à toute augmentation du trafic aérien, étant une nouvelle fois rappelé que les objectifs fixés par le Schéma Directeur de la Région Ile-de-France 2015, approuvé par décret le 26/4/1994, ne sont toujours pas respectés (en 1999, dépassement de 45000 mouvements).

Si les gains réalisés par les progrès de la technologie sont sans cesse effacés par l’augmentation du trafic, ce sera aussi organiser  « le sacifice durable » pour les populations riveraines, soumises au matraquage incessant du bruit des avions.

Enfin , si pertes d’emploi il y a eu ces dernières années, celles-ci sont dues à l’ouverture à la concurrence. Les riverains ne sont en rien responsables de cette situation et ils n’accepteront pas d’en faire une fois de plus les frais. Il appartient au gouvernement, et à lui seul, de prendre les mesures qui s’imposent pour corriger les dérives de la mondialisation de l’économie.

En approuvant en l’état un texte qui ne réalisait pas le consensus, les élus, dont la plupart avaient en 1994 exigé avec beaucoup de véhémence, le blocage du trafic aérien à 200.000 mouvements par an à Orly, ont choisi la voie de la facilité. Ils ont aussi clairement posé les limites de leur crédibilité. »

6.LE PLAN DE DEPLACEMENTS URBAINS (P.D.U.)

Le Plan de Déplacements Urbains de l’Ile de France est actuellement soumis à enquête publique

L’enquête publique se déroule à partir du 2 juin jusqu’au au 13 juillet 2000 en Mairie d’Orsay. Le commissaire enquêteur sera à la disposition du public à Orsay
le mercredi matin 7 juin
2
VENEZ NOMBREUX FAIRE VOS REMARQUES

Pour faciliter votre analyse et vous aider dans la rédaction de vos observations,nous avons pensé utile de vous communiquer ci-après les avis des associations régionale et départementale auxquelles l’ASEOR adhère :

Avis de Ile de France Environnement3 ( IDFE).

( extrait du bulletin mensuel « Liaison » n° 25 de mai 2000 )

« Ile-de-France Environnement approuve le diagnostic ainsi qu’un certain nombre d’idées fortes présentées dans le projet de PDU pour :

*développer les transports collectifs en favorisant leur attractivité,
*permettre aux zones d’activités et d’habitations ( « bassins de vie » ) situées hors de la zone agglomérée de disposer de réseaux internes de transports et de liaisons performantes,
*réhabiliter l’espace urbain en favorisant les circulations douces,
*maitriser l’urbanisme,
*harmoniser les liaisons, diminuer le trafic routier poids lourds avec report du fret sur le fer et la voie d’eau, développer et promouvoir une meilleure politique logistique en matière de marchandises,
*rechercher une politique de stationnement adaptée à la maitrise de la circulation,
*informer les futurs acquéreurs de logements sur les contraintes et les coûts des déplacements,
*permettre la mise en place de Comités Locaux chargés de l’application du PDU,
*favoriser l’implantation d’équipements de proximité avec de bonnes dessertes en transports collectifs.


Néanmoins, nous considérons :


que les objectifs fixés en matière de diminution de la circulation automobile (-2%) pour les déplacements internes à la grande couronne et entre la petite et la grande couronne sont insuffisants,

que le Schéma Directeur de la Région Ile de France (SDRIF) ne peut répondre aux objectifs du PDU pour la maitrise de l’urbanisme et pour une mobilité compatible avec un développement durable. Certaines infrastructures prévues au SDRIF sont inadaptées, d’autres indispensables ne sont pas programmées, en particulier pour le réseau ferré,

qu’un certain nombre de recommandations sont :

  • soit oubliées : la généralisation dans les prochaines années de la climatisation des véhicules devrait s’accompagner de mesures pour diminuer la consommation et les émissions de polluants,
  • soit trop peu incitatives : le contournement de l’Ile de France pour les véhicules en transit (voitures particulières+poids lourds) -la création de nombreuses « zones 30 » en réseau pour développer les circulations douces et diminuer la pollution,
  • soit des voeux pieux : de nouvelles infrastructures ferroviaires de contournement sont préconisées alors qu’à moyen terme aucune programmation n’est envisagée; de même les couloirs ferroviaires de fret interrégionaux ne sont toujours pas décidés.

que le PDU ne prend pas suffisamment en compte les recommandations du Plan Régional pour la qualité de l’Air (PRQA) pour combattre les pollutions : bruit, NO, particules PM10, CO2 pour lutter contre l’effet de serre; des contrôles anti-pollutions plus rigoureux seraient nécessaires pour les poids lourds et les deux roues,

En outre, la reconquête de « la ville sur la ville », dans le cas d’une densification autour des gares devra obligatoirement s’accompagner de « garde-fous » environnementaux, sociologiques et de qualité urbaine afin de ne pas bouleverser l’existant et en s’assurant auparavant de l’existence d’une capacité résiduelle suffisante offerte par les transports en commun afin d’éviter leur saturation.

De plus, les mesures préconisées et les investissements prévus en particulier au contrat de plan Etat/Région, bien que considérablement augmentés en faveur des transports collectifs et des modes alternatifs à la voiture individuelle ne nous semblent pas suffisants pour atteindre les objectifs fixés.Ceci est particulièrement vrai pour les déplacements dans la moyenne et grande couronne; ainsi la grande ceinture SNCF devra attendre quelques décennies pour un bouclage complet et une utilisation opérationnelle (voyageurs+fret+plates-formes logistiques).

Une harmonisation et la prise en compte des problèmes communs aux déplacements des personnes et au transport de marchandises à l’échelon du grand Bassin Parisien auraient également été souhaitables dès maintenant.

Conclusion
Dans sa version actuelle, le projet de PDU est riche en intentions et recommandations. Il apparaît que pour atteindre les objectifs généraux fixés, le plan devrait comporter des prescriptions plus nombreuses notamment dans les domaines cités ci-dessus. De plus, le PDU ne sera crédible que dans la mesure où les différents documents d’urbanisme actuels ou prévus (Schéma Directeur Régional d’Ile de France, Schéma de Cohérence Territoriale, Plans d’Occupation des Sols, Plans Locaux d’Urbanisme ) prendront effectivement en compte les objectifs fixés par le Plan avec tous les moyens nécessaires pour leur mise en oeuvre. »

Avis de ESSONNE Nature Environnement ( E.N.E. )4

( rédigé par le Président de ENE et publié dans le bulletin mensuel « Le caneton » adressé aux Présidents des associations membres )

« …Il s’agit cette fois pour le PDU d’une véritable enquête publique qui se déroulera du 2 juin au 13 juillet 2000 dans les 8 départements d’Ile de France, les préfecrures, sous-préfectures et toutes les communes. En Essonne, les 39 mairies chef- lieu de canton accueilleront pour une demi-journée un membre de la commission d’enquête. Nous incitons donc tous les responsables associatifs à prendre connaissance du dossier (nous en avons un exemplaire à Chamarande ) qui a déjà été soumis pour avis aux collectivits locales de novembre 1999 à avril 2000 et à inscrire leurs remarques sur le registre d’enquête, d’où cette feuille d’information que nous pourrons compléter à la demande.

Rappelons brièvement les objectifs de ce PDU. Il s’agit d’un outil mis à la disposition des autorités et des élus et qui doit être pris en compte dans les SDL, les POS…5, pour qu’une nouvelle politique de déplacements aboutisse à la réduction du trafic automobile et de son cortège de nuisances ( pollution, bruit, accidents, coût des infrastructures…) et à la promotion des transports collectifs, des circulations douces avec des mesures de maillage entre les réseaux, de rabattement, de desserte multimodale des grands pôles d’activité…

Le PDU, après l’enquête publique et après son approbation par l’Etat, sera réévalué et au besoin révisé au terme de 5 ans. Son pilotage suppose un suivi de mesures déjà prises ou à prendre. Dans l’Essonne, nous avons déjà participé à plusieurs réunions de mise en place : instance territoriale de concertation ( 4 réunions en Préfecture depuis 1998 avec les différents acteurs : Etat, Région, Départerments, Syndicats intercommunaux, transporteurs, usagers…) et de pôles ( gare de Massy-Palaiseau et Juvisy ); des comités locaux qui devront élaborer des plans de déplacements locaux ( plateau de Saclay ). Nous tenons à la disposition les comptes rendus de ces réunions, la délibération très motivée et détaillée prise par le Conseil Général le 23 mars 2000 pour donner un avis favorable au PDU. Nous avons aussi des avis de certains syndicats intercommunaux et de communes de l’Essonne.

Quelques suggestions pour répondre à l’enquête publique :

-reprendre des arguments déjà donnés pour la consultation sur le PRQA 6quant à la réduction des trafics routiers, à l’amélioration des transports collectifs ( fiabilité, confort, sécurité…), à la maîtrise de l’urbanisation ( dilution, mitage, éloignement exessif des bassins d’habitat et d’emploi… ).
-dénoncer l’incompatibilité que nous avions relevée dès 1998 entre les objectifs du PDU et ceux du SDRIF
7 de 1994 qu’il faudrait réviser : les déplacements périphériques ( cas de l’Essonne ) « sont et resteront assurés en majorité par la voiture » ( p. 149-155 ) !
-sur un plan local : demander à participer aux travaux des comité d’axes et de pôles, citer des exemples précis de desserte routière excessive, de grandes surfaces périphériques ou d’entrepôts géants ( possibilité de desserte ferroviaire ou fluviale ), privilégier le commerce de proximité et non les hypercentres, demander la création de « zones 30 » ( priorité aux piètons, aux circulations douces ), de plans locaux de stationnements et de partage de la voirie.

Les temps ont changé :le PDU devrair servir d’exemple dans la perspective d’un développement durable et pour répondre aux exigence sde qualité de vie des citoyens. Réveillons nos décideurs. »

-NOTA A titre d’information nous vous signalons que le Conseil Général des Yvelines a donné un avis défavorable au projet de P.D.U. le jugeant irréaliste pour les raisons suivantes:

« Le PDU vise une diminution de 2% de l’usage de la voiture au profit des transports en commun (+2%) , de la marche (+10%) et de la bicyclette (+100%) alors que le trafic automobile a tendance à augmenter (+2% dans les années 90 ),
les transports collectifs aujourd’hui ne sont pas adaptés au transport de banlieue à banlieue,
, prolongement de la A 86 faiblesses des infrastructures routières dues à la non réalisation de plusieurs projets : bouclage de la A 12, …
Sur les 6090 Kms de routes du département 5800 sont des routes à 2 ou 3 voies ce qui ne permet pas de créer des voies de circulations spécifiques pour les bus, cyclistes et piètons. » ( Moniteur du 28/04/2000 ).

__________________________________________________________________

BONNES VACANCES
ET
A LA RENTREE

INFOS-ASEOR N°7 juin-juillet 2000

ANNEXE

CRUES DE L’YVETTE DE DECEMBRE 1999

( Synthèse du rapport du SIAHVY )

Le Syndicat Intercommunal d’Aménagement Hydraulique de la Vallée de l’Yvette (SIAHVY) a eu à gérer les crues générées par une pluviométrie exceptionnelle.

1. Analyse de la pluviométrie
La pluviométrie enregistrée par Météo-France sur les quatre stations proches ou sur le bassin versant de l’Yvette pour le mois de décembre est jugée trois fois plus importante que la pluviométrie normale pour ce mois.
Les fortes précipitations ont été réparties en trois vagues successives entre le 10 et le 28 décembre. Les terrains du bassin versant saturé d’eau n’ont pas pu jouer le rôle de tampon, à cela s’ajoute aussi l’imperméabilisation croissante des surfaces construites avec les rejets d’eaux pluviales dans la rivière.
Relevés pluviométriques du mois de décembre 1999
( pluviométrie moyenne pour ce mois équivalent à 60 mm )

Trappes =

178,4 mm

Saclay =

170,6 mm

Le Perray =

165,6 mm

Bretigny =

150,4 mm

2. Analyse des crues
La première montée des eaux est enregistrée dès le 13 décembre avec ensuite des crues et décrues jusqu’au 20 décembre.
Les pluies très abondantes du 24 au 27 décembre sur un sol très saturé , complétées par la tempête du 26, ont provoqué une importante montée des eaux. Le 21 décembre le taux de remplissage des bassins de rétention en amont de Bures était au maximum. Les communes situées en aval ont été avisées d’une possible montée des eaux de l’Yvette avec débordement.
A cela il faut ajouter les effets de la tempête du 26 décembre ; de nombreux arbres déracinés encombrant le lit des cours d’eau, ont gêné le bon fonctionnement des ouvrages.

3. Bilan des crues
Pour le département de l’Essonne la surface totale inondée est de 42 hectares, sinistrant 130 maisons individuelles et immeubles collectifs, ainsi que 6 établissements industriels.
Un plan de prévention des risque naturels (PPRN) est en cours d’élaboration par la D.D.E. de l’Essonne.
Le montant global des dommages sur le réseau hydrographique causés par les inondations et la tempête s’éléve à :
4702360 Frs.pour l’Essonne, correspondant à :
-67,5 kilomètres de nettoyage et enlèvement de débris,
-420 arbres déracinés,
-1492 mètres de berges endommagées,
-648 mètres cubes d’atterrissement,
-plus des dommages causés aux barrages anti-pollution et autres ouvrages hydrauliques,

Pour la commune d’Orsay :
Le bilan fait état :
- dans le domaine de l’Université de nombreux arbres tombés dans l’Yvette,
- au niveau de la piscine d’arbres déracinés dans le lit de la rivière ainsi qu’un cheminement pièton, des berges et défenses de berges abimés ( 50 mètres linéaires ),
-dans la zone du lac de Lozére de nombreux arbres tombés dans la rivière et de 50 mètres linéaires de berges abimées,
Nota : pour les zones inondées se reporter au plan ci-après.

4. Bilan et programme complémentaire

La crue de décembre 1999 a permis de constater le bon fonctionnement des bassins existants,la capacité totale de stockage pour les 6 ouvrages écrêteurs de crues étant de 1.700.000 m3 , elle reste insuffisante pour des crues exceptionnelles. Pour remédier à des phénomènes d’une telle intensité il est prévu de réaliser des volumes de rétention supplémentaires en amont de Chevreuse et sur les différents affluents pour une capacité de l’ordre de 1.000.000 m3 .
Ces volumes supplémentaires seraient constitués de zones inondables de fond de vallée par endiguement.

Bassins existants

Basin de Saint-Forget 250.000 m3 Bassin de la Mérantaise (Gif) 90.000 m3
Bassin de Chevreuse 90.000 m3 Bassin de Bures 220.000 m3
Bassin de Gif (Coupière ) 200.000 m3 Bassin de Saulx 850.000 m3

1Union Française Contre les Nuisances des Aéronefs (2 bis rue du Lion 91380 CHILLY-MAZARIN ;
Tél/Fax :0169091219 ) :

2Se reporter aux panneaux d’affichage en Mairie pour connaitre où sera présent le commissaire enquêteur.

3L’ASEOR est adhérent à IDFE par l’intermédiaire de Essonne Nature Environnement (ENE) et par l’Union des associationsde Sauvegarde du plateau de Saclay ( UASPS). Le Président de l’ASEOR est Président de l’UASPS et de ce fait membre de droit du Conseil d’Administration de IDFE.

4L’ASEOR est membre de Essonne Nature Environnement dont le siège est : 12 route de Lagny 91730 CHAMARANDE ; téléphone : 0160822283-Télécopie : 0160829391.

5SDL :schéma directeur local ( ex : celui du plateau de Saclay ); POS : plan d’occupation des sols

6PRQA : Plan Régional pour la Qualité de l’Air

7SDRIF : Schéma Directeur de la Région Ile-de-rance approuvé en 1994

, , , , , , , , , , , ,